Survivalisme = explosion kaboum boum

SURVIVALISME, CONCEPTS DE BASES

Survivalisme, le comprendre, apprendre les régles de bases pour devenir meilleurs.

Sommaire de l'article

Le Survivalisme

 

Nous allons parler de survie et également de survivalisme à travers ce blog.

Le survivalisme n’est PAS le fait de se préparer à la fin du monde. Un survivaliste n’est pas en train d’attendre les extraterrestres avec son fusil et ses boîtes de conserve. Il n’est pas fan de la guerre thermonucléaire. Le survivalisme est mal compris à cause d’une déformation médiatique.

Il est confondu avec le mouvement des preppers Pour faire la différence : Un preppers se prépare à la fin DU monde. guerre, famine, pandémie. Un survivaliste se prépare à la fin de SON monde. Accident de la route, incendie, perte d’emploi, le prepping agit à l’échelle macro cosme le survivalisme à l’échelle micro de l’individu.

Le survivalisme, c’est de la gestion de risque. Du plus probable au moins probable. c’est de l’anti-fragilité. Ça, c’est pour que tu puisses rapidement savoir pourquoi il est incompris.

 

Pour aller plus en profondeur,

 

Il n’y a jamais véritablement de fin du monde mais simplement la fin d’un monde.

Même la destruction pure et simple de notre planète n’est absolument rien du tout à l’échelle galactique. Le survivalisme est une démarche apolitique et protéiforme. On pourrait dire qu’il y a autant de variantes que de pratiquants.

C’est une pulsion de vie, du “je veux vivre ! Une quête de liberté, d’accomplissement de soi reconnecté avec notre environnement. C’est une reprise de contrôle sur le cours de son existence. C’est une quête de lien social face à une impression, partagée par de plus en plus d’individus, que notre société se fractionne et s’effrite. La notion de groupe retrouve sa place. On se reconnecte à la communauté.

Le mouvement emprunte au monde militaire le principe de cohésion. Ensemble nous sommes solidaires. c’est également une acceptation, un renoncement à la recherche d’immédiateté induit par nos systèmes modernes. On se projette, on anticipe, on prépare le présent pour un avenir meilleur. (Ça fait très slogan américain ! J’adore !)

Être survivaliste, c’est développer sa tolérance à l’échec et à la frustration. C’est endossé un rôle. Se sentir utile en ne devenant pas un poids pour les autres. c’est accepté que nous ne puissions changer qu’une seule chose. Nous-même. C’est la prise de conscience de nos besoins et de ceux des autres. Que le meilleur acte politique c’est de montrer l’exemple sans jamais forcer personne à faire comme nous. Montrer qu’un autre chemin est possible. Ce n’est pas une volonté d’être en rupture avec notre monde. Il n’est ni bien ni mal.

Les choses ne sont pas profondément mauvaises. Les survivalistes sont simplement intéressés par leur propre survie, leur propre développement. Les événements provoqués par autrui le sont très rarement par pure malveillance mais pour satisfaire un besoin. Ainsi il devient judicieux de ne pas prendre les choses personnellement. Si un de tes amis arrive en retard, ce n’est pas parce qu’il ne t’aime pas ou veut te casser les couilles mais parce que quelque chose à fait que. Cela peut être un imprévu ou bien juste la flemme. En réalité tu n’es certainement pas le centre du monde, ni toi, ni moi, ni mon auteur.

Ce qui crée le malheur c’est notre façon de voir les choses. La pire prison est celle qui se trouve dans notre tête. Nous sommes nos propres tortionnaires. Parfois, déplacer le prisme de notre vision du monde permet d’être heureux. Nous ne sommes plus des enfants. Ne restons pas passifs. Ne rejetons pas le système, utilisons-le comme un tremplin vers demain. (Encore un slogan putain ! )

Le principe de survivalisme est judicieux à utiliser à de multiples niveaux. Y compris dans une entreprise par exemple. Un entrepreneur survivaliste garantit beaucoup plus de chances de survie à sa société car il anticipe ce qui peut mettre à mort son projet. Il prépare des solutions, des mesures, des réserves en cas de coup dur Maintenant tu comprendras mieux quand je parlerais des grands concepts mais surtout quand j’utiliserais des notions Survivaliste.

Pour aller plus loin va voir la vidéo : Survivalisme Bad buzz VS réalité ainsi que le podcast sur le survivalisme

 

Les grands concepts:

 

Pour beaucoup, la survie fonctionne si le héros porte les bons outils. Le bon couteau, le bon sac. Plus l’outil est cher, meilleur il est.

Bien évidemment, pour celles et ceux qui veulent devenir résilients, autonomes et indépendants, il faudra acheter certains produits incontournables.

Certaines choses demeurent indispensables mais il existe bien souvent des solutions moins coûteuses. Il suffit parfois d’échanger du temps quand il est impossible pour nous d’échanger de l’argent.

Moi qui suis les petites pages que tu tournes ou l’écran que tu scrolles, je te montre simplement que même sans argent, même en étant au cœur d’une grande ville, il est possible de mettre en place des stratégies, de débuter des démarches et de connaître quelques astuces pour avancer vers moins de dépendance vis-à-vis des infrastructures qui nous entourent pour finalement trouver son indépendance”.

Je suppose que si tu me tiens entre tes mains c’est que tu partages quelques points communs avec moi et que tu t’intéresses à ta propre autonomie. Justement je suis là pour t’y aider. Ensemble, toi et moi, on va mettre en place des solutions. Des solutions pour que tu puisses développer tes chances de survie face aux aléas de la vie. Incendie, agressions, accidents de la route, perte d’emploi, maladie perte de repères etc. tout un tas de situations qui pourraient devenir dramatiques. Je dis bien pourrait car justement mon rôle à moi, petit article bien pratique, c’est de te guider.

Alors commençons:

 

Règle des 3:

 

Pour survivre il faut avant tout, prendre conscience de tes besoins. Je te place donc ici la règle des trois.

 

Trois secondes d'inattention peuvent entrainer la mort

 

 Exemple :

Tu ne fais pas attention et tu bombes risque de mourir il faut bouger en conscience. Prends garde ou tu poses le pied.

Connecte-toi à ton corps pour apprendre à ressentir ton environnement. c’est également en 3 secondes qu’on meurt d’une balle qui sectionne notre rachis ailleurs c’est souvent plus long.

 

Trois minutes sans oxygène peuvent entraîner ta mort.

 

Exemple : l’hémorragie, les détresses circulatoires, respiratoires et neurologiques doivent être prises en charge en moins de trois minutes pour garantir le plus de chances de survies à la victime.

Cela fonctionne aussi en cas d’incendie ou l’air n’est plus respirable.

Les attaques chimiques, éruptions volcaniques, accident de plongée, les risques NRBC.

 

Mais aussi la suffocation, surtout chez les enfants ou dans des jeux coquins mal maîtrisés xD

 

Les compétences en secourisme, la capacité à gérer le stress dans un incendie, le matériel de type trauma kit mais aussi de protection des voies respiratoires constituent de solides alliés.



Trois heures exposées aux éléments peuvent entraîner ta mort.

 

Exemple : Tu es en tongs, short, t-shirt quand il fait -10, tu vas vite te sentir mal. Face à des conditions climatiques extrêmes, tu ne tiendras pas longtemps. Que ce soit le chaud ou le froid, la pluie, le vent etc.

Des habits adaptés et la capacité de construire un abri ainsi que le matériel pour le faire sont des aides précieuses. La gestion du feu et de l’énergie également.

 

Trois jours sans eau peuvent entraîner ta mort.

 

Exemple : Vraiment ? Tu as besoin d’un exemple ? xD

Le gros problème avec l’eau c’est qu’on n’y pense pas. C’est une ressource acquise. Mais si la, ton robinet s’arrête d’un coup ? Que vas-tu faire ?

Savoir comment nettoyer, purifier et rendre son eau potable est d’une importance capitale.

Bien qu’il soit tout à fait possible de fabriquer son propre filtre avec une simple bouteille d’eau en plastique, une chaussette, des cailloux, du sable, des cendres des végétaux, de la corde et des branches, posséder son propre matériel simplifie la vie.

Le stockage de l’eau est également très important, nous en parlerons dans une partie dédiée.

 

Trois semaines sans te nourrir peuvent entraîner ta mort.

 

Exemple : Bon je pense que tu as compris l’idée la nan ? 

Il faut prévoir un minimum de réserves. Notamment des produits de longue conservation.

Et entre nous, tu n’as jamais eu la flemme d’aller faire les courses ? alors qu’il n’y avait plus rien à manger chez toi ? Anticiper c’est le luxe de pouvoir assumer sa flemme en tapant dans les placards.

Mange ce que tu stockes et stock ce que tu manges. comme le dirait Vol West, un des pères fondateurs du mouvement. Cf. article sur nos influences.

 

Trois mois sans hygiène et contact social

 

Il faut prendre soin de toi. Ne reste pas isolé ou tu finiras par avoir un meilleur ami noix de coco dont le visage est dessiné au feutre…

Vous les humains, vous êtes des animaux sociaux. Vous devez entretenir ça. Moi je suis un article de blog donc je m’en fous.Tu vas donc devoir prioriser tes besoins de façon rationnelle et non pas en te basant sur Man versus Wild ou bien le dernier film de fin du monde sur netflix.



La pyramide de la survie :

 

Elle permet d’établir les constantes partagées par les survivants aux situations de grand péril. C’est elle qui permet de comprendre pourquoi certains s’en sortent et d’autres non. En tout premier,

Volonté de survivre, état d’esprit

 

C’est le plus important. Si tu ne veux pas véritablement vivre, si tu abandonnes quand c’est trop dur alors tu vas mourir. Tu dois n’avoir qu’une idée en tête. VIVRE ! QUOI QU’IL ARRIVE !

Connaissances et compétences

 

La volonté c’est bien mais il faut connaître son environnement, se souvenir d’astuces pour améliorer les choses. Savoir être et savoir faire.

Condition physique

 

Le corps est notre premier outil et le plus important qui détermine nos possibilités. Il va faciliter ou compliquer l’action de survivre. Il faut en prendre soin.

Matériel

 

Les outils vont te faciliter la vie mais sont les derniers dans la hiérarchie de la pyramide. Ne focus pas trop dessus. Et je dis ça alors que mon auteur vend du matériel… C’est pour dire !

Une autre façon de voir les choses :

 

La régle des 3L et du 2 c'est 1, controle PAM, les 5C

 

Lame, lampe, lacrymo. Principe applicable à l’EDC². Ce sont les trois outils de bases sur lesquels porter sa réflexion.

2 c’est 1 et 1 c’est rien. Principe de back-up². Doubler certains équipements vitaux pour éviter de ne plus rien avoir si son outil est perdu, cassé, volé.

Contrôle PAM pour personnels, armements, munitions. C’est un contrôle de son équipement à la fois visuel et palpatoire dés que l’on quitte une zone. Pour un civil cela va se traduire par le fait de toucher ses clefs, son portefeuille etc. afin de s’assurer de ne rien avoir oublier. Ideal quand on quitte une aire d’autoroute ou un lieu sur lequel on ne va pas revenir.

Les 5C. COUPER CORDAGE COMBUSTION COUVRIR CONTENANT

 

Les sept cercles de l’enfer de la préparation xD

 

1 = état d’esprit. c’est notre partie logicielle. comment on appréhende la vie. nos connaissances et compétences. L’esprit est en premier avant le corps.

2 = condition physique. C’est ton outil le plus important qui détermine ton champ des possibles. La santé reste la chose la plus précieuse que tu puisses avoir. fait des checks up régulier. Prends soin de toi. Fait du sport, même juste un peu.

3 = EDC “every day carry” ou ce que l’on porte sur soi dans nos poches au quotidien. C’est l’optimisation de nos outils de base portefeuille, clés et téléphone. Souvent on y retrouve les trois L lame, lampe, lacrymo.

4 = Ton sac à dos, sac à main constitue un EDC surbooster ou EDB every day in my bag. En France on pourrait parler de fond de sac. C’est également le véhicule et ce qu’il contient. C’est aussi ton lieu de travail si tu peux y laisser des outils. C’est un peu ta maison étendue.

5 = Le château fort. Le domicile. Ton lieu de vie. Dans le milieu on appelle ça une base autonome durable. Cf. Piero San Giorgio dans l’article nos influences.

6 = La communauté locale. Tes voisins, collègues de travail, amis.

7 = le monde en général. c’est utile de se tenir au courant de la géopolitique, des grands événements.

 

Partager l'article :

Articles similaires

Une réponse

  1. En effet, il est important de prendre soin de soi et de maintenir des contacts sociaux, même dans des périodes difficiles. Il faut trouver des stratégies et des astuces pour être moins dépendants des infrastructures qui nous entourent et trouver notre indépendance. Il est possible de vivre de manière autonome, même sans beaucoup d’argent, en utilisant des ressources créatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *