Bien joué ! Tu as découvert l'étape 2 de notre ARG. 

Plonge dans notre univers à présent ! 



L'émergence… Une obscurité qui s’efface peu à peu. Mon regard embué qui se fixe comme un naufragé sur le vieux vinyle des inkspot tournant paisiblement dans l’angle de mon regard.

l’ombre du garde qui scrute au-dehors. L'éclat du métal sombre qui le protège des ombres.

Je m’étire doucement. Mon corps meurtri, mon dos endolori, je me lève de mon lit à regret.
Il reste du vieux café au fond d’une tasse cabossée.
De quoi reprendre des forces pour la longue immobilité qui m’attend. Le quart maudit de 3 heures du matin.
Le froid est mordant.

Le café est raté comme toujours. Trop âcre, trop fort. Il me fait grimacer… mais j’y suis accro pourtant

Vite bu, je viens m’adosser contre le mur. Je vérifie l’état de mon arme. Je la pointe en direction de la nuit. Puis mes lèvres s’ouvrent dans un chuchotement : 237, je prends.

Le garde se lève, Sa démarche trop mécanique à force de ne pas bouger. Un hochement de tête et le voila qui, à la hâte, plonge vers ma couche encore chaude pour y trouver un sommeil agité.

Le silence m’enveloppe.
Je repense encore à mes premiers souvenirs dans ce nouveau monde.

Mes yeux qui s'ouvrent, ne découvrant que le silence, l’obscurité et les brumes d’un rêve si long qu’il s'étiole encore devant moi.

mon corps si lourd… mon esprit resté endormi. Impossible d’aligner mes pensées, aucuns souvenirs.

Je me souviens à peine d’un vrombissement sourd accompagnant un réveil difficile. D’anciennes machines qui s’ébrouent et débutent leurs cycles de fonctionnement.

Analyse, diagnostique et lueurs qui s’activent peu à peu tout autour.

Je ressens encore la douce moiteur du lit dans lequel je semblais allongé.

Une odeur à présent, la poussière, l’ancien et l’oublie.

Les lueurs deviennent de véritables phares révélant ce qui m’entoure. Je sursaute, une ampoule vient d’exploser juste à côté de moi. Une autre grésille puis clignote par intermittence.

Quel désordre, je m’en rappelle. Une chaise est renversée gisant au sol. Je distingue quelques documents griffonnés à la hâte, des écrits imprimés couverts d’un épais tapis de saletés.

mes muscles me font souffrir. je sens à peine mes doigts. J’ai l’impression d’avoir été là depuis si longtemps… Une pulsation bas la mesure le long de ma tempe… Qui suis-je ?


Par mesure de sécurité on ne peux pas te donner le résultat comme ça. Ce sont les protocoles.
Que veux dire 237? Envoie la réponse à Tacline.
ARTICLES RECOMMANDÉS :
Produits associés