Un instant de rien, quand tu nous retiens

Fil de ton destin , un fragment du mien.

Seul parmi les flammes, c’est là que je danse.

Délice soudain j’y pense

Les notes d’un piano qui accélère ma valse d’enfer

Sans que personne n’en ai que faire.

Oh, petit enfant apeuré, n’ai pas peur de leurs grandeurs.

Ce ne sont que les ombres de leurs erreurs.

Au fond, si tu fermes les yeux, ils retournent dans la torpeur.

Alors continue ton chemin, la mort n’est que le terreau de ton prochain

DSCF3515

l’écho étouffé des rêves égarés
caresse solitaire désaccordée
Soupir crispé d’un rien
Illustre tragédie de ma mémoire
Au milieu des larmes et des envies
Je ne veux pas que l’on m’abîme
Je veux dormir,
Malgré la pluie
Malgré le bruit
Malgré la nuit
Malgré l’oublie
Suis-je un enfant qui s’endort
Ou juste son cadavre qui sèche au soleil
Je suis cerné par l’horizon de mes paupières closes
Inaction, signe et lâcheté
Deux fois en une
J’ai crié silence, j’ai mordu mes blessures
mais personne jamais ne m’a répondu
alors je m’en vais patiner sur le feu des naufragés
sous l’ascension des nébuleuses
je vous aime
qui que vous soyez
ou que vous soyez

DSCF2968

Vague, énergie désincarnée 

Pourquoi cogne tu contre les rochers de mes pensées.

DSCF2983 2

Le petit chat a vieilli comme une fleur

L’écho du vent sauvage

L’oiseau a visité le temple des sages

La fleur et le nuage s’enlacent

 

La pierre merveilleuse soudain a disparu

Le petit chat s’ennuie.

La fleur a oublié d’emporter ses pétales,

On peut presque entendre le nuage.

 

L’oiseau, cristal de roche,

Par mégarde, a suivi son chemin.

L’éclair d’une fenêtre jaune

fait tomber le soleil comme une pierre.

 

Le petit chat est mort,

Le vent seul a pleuré.

Les sages ont reculé,

La fleur, le nuage, la pierre ont été oubliés.

Promotion