Article sur les boites au lettres écrit par l'indomptable FRED.

.

Dans cet article je vais vous présenter un système de communication extrêmement utile dans un cadre de résilience, les boîtes aux lettres mortes (qu’on abrégera en BLM) et leur utilisation dans la pratique du survivalisme. De nos jours on peut se demander quels seront les moyens de communication à notre disposition lors d’un effondrement, lorsque le téléphone ne marchera plus, lorsqu’internet sera tombé.

.

Lors de cet effondrement, il faudra s’organiser et savoir communiquer de manière sécurisée à la fois pour les données et pour les opérateurs qui veulent communiquer. Pour répondre à cette problématique, on peut mettre en place des BLM, (Dead Drops en anglais) mais sauf si vous êtes déjà initiés vous allez me regarder et me demander “mais Fred, c’est quoi une boîte aux lettres mortes ? et je vous répondrai ceci : Il s’agit d’un endroit où l'on laisse des messages qu’une autre personne viendra récupérer dans la foulée, les emplacements de ces caches ne sont connus que des membres d’une même équipe. Les messages transmis peuvent être de toutes formes comme des images, une carte, un message ou que sais-je.

.

Les BLM ont été extrêmement utilisées pendant les deux guerres mondiales puis par des agents des deux blocs pendant la guerre froide pour communiquer discrètement des informations importantes, de plus la BLM à l’avantage de pouvoir transmettre un message à plusieurs équipes, il suffit qu’un agent de chaque équipe passe récupérer le message.

.

Les membres d’une équipe doivent également connaître le repère qui permet sans s’approcher de la cache de savoir si elle contient un message, par exemple, on peut accrocher un foulard sur une branche mais le but est d’être discret, donc on peut se servir de son imagination pour trouver un indicateur à la fois original et discret, ainsi les membres d’une même équipe ne risquent pas de dévoiler l’endroit de la cache ni de se mettre en danger.

.

Et si notre équipe veut transmettre des messages sécurisés ? Pour cela, rien de plus simple, il suffit de chiffrer les messages écrits voire de les cacher dans un élément qui semble banal pour toute personne qui n’est pas au courant qu’on à caché un message, par exemple un texte peut être transmis par stéganographie dans une image, image qu’il suffit alors de mettre sur une clé USB que l’on glisse dans la BLM. Mais du coup c’est intéressant tout ça, mais comment les fabriquer ? Eh bien, encore une fois, c’est finalement assez simple. Tout d’abord il faut savoir que l’on doit respecter deux principes simples pour concevoir une bonne BLM, discrétion et protection.

BOITE AU LETTRE VIVANTE

.

Premièrement, la discrétion, en effet, une BLM se doit d’être invisible pour quiconque ne saurait pas ou elle se trouve, le camouflage doit être adapté à l'environnement et à la taille de la cache, par exemple une BLM pouvant accueillir des lettres peut se cacher dans un tout petit espace comme un tube de PVC simulant une évacuation d’eau. Si la cache accueille des colis plus importants on peut alors imaginer la cacher dans un faux compteur électrique ou l’enterrer en pleine forêt, le tout est de choisir un endroit où la cache se fond dans le décor.

.

Ensuite vient le second mot d’ordre, protection. La protection se décline en 2 catégories, la protection de la cache et la protection des données transmises. La protection de la cache peut se faire simplement en verrouillant la BLM mais on peut imaginer piéger les alentours pour empêcher toute personne non autorisée d’approcher la cache. Mais attention une zone trop piégée indiquera la présence d’une cache !

.

La protection des données, elle, se fait en préservant les messages transmis d’être détruits, pour cela on doit créer une BLM qui respecte quelques critères : - d’abord, l’étanchéité, notre BLM doit résister à l’eau pour éviter que les messages ne soient endommagés par une forte pluie ou une inondation

.

Ensuite, la BLM doit pouvoir résister au feu si elle se trouve dans une zone à risque, par exemple en forêt on peut imaginer utiliser une caisse métallique que l’on enterre à un point connu.

.

Enfin, une BLM doit résister à la pire des épreuves, celle du temps, en effet le temps peut faire des ravages sur certains matériaux. Il faut savoir qu’il n’y a pas de BLM idéale, chaque situation peut demander une installation différente, le tout est d’avoir une cache qui puisse résister à tout ce qui pourrait endommager le contenu de la BLM.

.

De plus, on peut imaginer utiliser les nouvelles technologies pour créer des BLM plus efficaces, en effet, on peut créer une BLM Bluetooth, ainsi un opérateur n’a plus besoin d’aller au contact de la cache et peut rester à quelques mètres pour éviter de dévoiler la BLM. Désormais vous avez toutes les clés pour concevoir et utiliser une BLM dans les meilleures conditions mais pour compléter cet article je vais vous donner quelques astuces pour fabriquer très facilement des BLM, vous pourrez vous en inspirer pour créer les vôtres en y apportant des améliorations pour les adapter au mieux à votre environnement.

.

La BLM la plus simple que je puisse vous montrer se fabrique en quelques minutes et possède un rapport qualité prix extrêmement intéressant (ce qui permet d’en fabriquer plusieurs et de les disposer dans différentes caches). Pour la créer il vous suffit d’acheter les éléments suivants : - de la colle PVC - un tuyau PVC du diamètre et de la taille qui correspond aux colis que vous souhaitez déposer dans votre BLM - un bouchon PVC femelle simple du diamètre de votre tuyau - un manchon PVC du diamètre de votre tuyau - un tampon PVC (bouchon dévissable de regard de visite) Ensuite il suffit d’assembler votre BLM selon le schéma suivant :

.

PS : pour une étanchéité optimale, il est conseillé de passer un coup de papier de verre sur
chaque surface à encoller, ainsi la colle accroche mieux aux surfaces.

.


Je vous remercie d’avoir lu cet article en entier et vous invite à essayer de créer et d’utiliser
des BLM par vous même, rien n’est plus efficace que la pratique, surtout dans notre domaine
qu’est le survivalisme, de plus en essayant on remarque souvent les défauts d’un produit et
on peut alors chercher à l’améliorer !

Merci à Fred pour son article !

.

pour aller plus loin.
article sur les lacrymogènes

Interrogations d'un survivaliste comme les autres.

Salut à toi voyageur…

.


Tu m’appellera SevenSeth16, c'est le seul de mes noms que tu à besoin de connaître.
Avant toutes choses, quelques lignes sur l'auteur de ce que tu lis.
Je ne cherche à être ni acclamé ni critiqué je vais te conter ma vision de ce que tu nomme Survivalisme.
Chaque histoire à ses hauts et ses bas. Celle ci n'est ni triste ni heureuse, c'est simplement… La mienne.

.

Bienvenue dans ma tête…

.

.

J'ai grandi dans un milieu modeste, mais un quartier semi pavillonnaire dans les années quatre-vingt-dix à la frontière d'une cité des années 80 faisait déjà de ma famille des "privilégiés".
Dire que mon enfance n'as pas été heureuse serait faux, comme le reste, elle eu des périodes plus fastes
que d'autres.

.


Dire que mon adolescence fut heureuse serait un mensonge.
Changer de trottoir pour éviter les encombrants tombants des immeubles et choisir son itinéraire pour
éviter les zones où ma couleur de peau n'était pas la bienvenue ont fait de moi quelqu’un emplis de
colère, une colère réprimée car ne pouvant être légitime dans notre monde.
Ma vie m'as mené en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie mineure et en Asie du sud-est.
Cela m'as exposé aux différentes façons de concevoir le monde et la vie de ces sociétés.

.


Après des difficultés professionnelles et un épisode à la limite de la dépression, il m'as été conseillé de
voir une psychologue. Grâce à ces entrevues et la à l'annonce de la première grossesse de mon épouse,
j'ai remis beaucoup de choses en question.
Pourquoi est-ce que je me battait, qu'elles étaient les choses importantes pour moi, pourquoi cette
rancœur et cette colère, pourquoi cette incompréhension de la société dans laquelle je vis?
J'étais en fait rongé par un certain rejet de notre société et plus largement par mon incompréhension de
celle ci.

.

Mes valeurs

.

J'ai découvert que mes valeurs n'étaient pas incompatibles avec celles qui s'imposent dans notre monde,
juste trop éloignées pour être facilement miscibles.
J'ai toujours eu un profond respect pour la nature, cela m'as amené à plusieurs réflexions sur l'avenir et
donc sur la prévoyance ainsi que l'écologie.
Plus tard, l'écologie c'est transformée en philosophie. Elle est devenue pour moi zéro déchets et
permaculture. Ma culture Européenne emprise de catholicisme à été abandonnée au profit d'une
philosophie proche du paganisme.

.

Mes "voyages" mon amené à relativiser sur la bienveillance humaine. Quand les premières fumées de
l'incendie de font sentir, ceux qui le peuvent quittent le navire. Les autres, ceux qui ne veulent ou ne
peuvent pas quitter les lieux doivent faire face, prendre la vague de plein fouet ou réussir à la dévier
pour s'en protéger.
Quand il n'y a plus de lois ni personnes pour les faire respecter, il n'en reste qu'une celle du plus fort ou
des mieux préparés…

.

.

J'ai aujourd'hui deux enfants bientôt trois. Le plus grand, très curieux, participe aux plantations ainsi
qu'aux travaux de la maison et connais par cœur notre adresse et le numéro des pompiers par exemple.
Nous l'avons sensibilisé aux appels à ces services si jamais il ce retrouvait seul à pouvoir réagir. Et
nous cultivons sa curiosité le plus possible.
Madame est médecin, ce qui limite la préparation dans ce domaine, elle ce forme à la botanique et à la
fabrication des produits ménagers.

.


Elle était dans l'incompréhension au début de mon changement de voie mais avec un peu de recul et
beaucoup de discussions, elle change d'avis petit à petit…
Papa quand à lui a la chance d'avoir eu un grand-père ancien légionnaire avec beaucoup d'imagination
et un peu touche à tout.
J'ai donc hérité de cette curiosité, de cette résilience, je me forme en permanence: armurerie,
menuiserie, métallurgie, permaculture…

.

.

Quelqu'un qui recherche l'autonomie à t'il inventé quelque chose ? Un père de famille qui veut
autonomie et sécurité pour ses enfants est-il un paria?
Sommes nous des marginaux ou simplement des gens qui se sont rendus compte que leurs grands
parents et les parents de ceux ci étaient déjà des survivalistes qui
s'ignoraient?
Ce que tu appelles survivalisme n'est pas dû à la peur des autres.
Il est dû d'abord à un constat, une croissance infinie dans un monde fini est impossible, nous allons
droit dans le mur sur beaucoup de plans.

.


Je ne me forme pas pour me défendre contre les autres, je me forme pour protéger ceux à qui et à quoi
je tiens.
Ma préparation à la résilience est avant tout due à l'amour que je porte à mes enfants et à l'amitié que
j'entretiens avec ceux qui je l'espère pourront partager ma vision des choses et former les communautés
autonomistes de demain.

.

.

Réfléchis bien, essaie d’anticiper le pire pour vivre le meilleur.
SevenSeth16.

.

Undersurvival Podcasting Episode 1: Pourquoi personne ne comprend le Survivalisme ?

Intro :

_________________________________________________________________________

Mes pas résonnent à travers les longues étendues glaciales qui m’entourent.

je sens la bride de mon masque frotter contre mon crâne qui me sonne.

Une douleur lancinante devenue ma compagne depuis quelques heures déjà.

Mon regard s’émousse mine de rien.

Fatigue quand tu nous tiens.

Un bruit déchire le silence de mes sens.

Un staccato d’un vieux fusil d’assaut au loin puis plus rien.

Par-delà les anciennes digues qui ne retiennent maintenant plus qu’un passé lointain

oublié de tous.

mon corps se fige, mon esprit dérive.

Il me faut reprendre mon chemin quand mon pied bute contre un vieux parchemin.

Me voilà qui le tient au creux de ma main.

Il s’ouvre et je découvre un vieil artefact des plus communs.

Mes doigts glissent au hasard et déclenchent un son par-delà le câble qui pend sur le côté.

Par instinct, je porte la petite chose de plastique sombre au creux de mes oreilles.

Et c’est là qu’une voix s’éveille… 

 _________________________________________________

Salut à tous, je suis Tacline la ligne tactique et bienvenue sur Undersurvival Podcasting!

Aujourd'hui on va tenter d’expliquer ce qu’est le Survivalisme mais surtout pourquoi il demeure un éternel incompris auprès du grand public.

Pour ce faire, commençons par la définition en sortant un bon vieux Larousse.

Nous pouvons y lire qu’Il s'agit d'un mode de vie d’une personne ou d’un groupe de personnes qui se préparent à la survenue, à plus ou moins longue échéance, d’une catastrophe qu’elle soit nucléaire, écologique, économique, etc., et ce à l’échelle locale ou mondiale.

Les nouvelles formes du Survivalisme, incluant autosuffisance, solidarité et débrouillardise, recouvrent auj. des réalités et des idéologies très variées, et sont regroupées sous le terme de Néosurvivalisme.

L'idée principale de cet épisode c'est de sortir des clichés et de l'imagerie populaire qu'on a de ce mouvement.

Clichés qui d’ailleurs s’éloignent énormément de la petite définition du dico qu’on vient de voir.

On va donc éviter de sortir les conneries habituelles. On ne parlera pas de bunker, de personnes armées jusqu'aux dents, de l'extrême droite radicale de complotisme, de reptiliens ou de la certitude d'un effondrement de nos sociétés à cause des extraterrestres.

Ce sont malheureusement des propos que l’on va entendre dans la plupart des émissions qui parlent de notre sujet. On se retrouve bien souvent, avec un simple reflet peu profond, approximatif et déformé de ce qu’est vraiment le Survivalisme.

Mais du coup, comment se fait-il que le commun des mortels imagine un mec entouré de boîtes de conserve avec un masque à gaz, son fusil, le tout enterré sous 15 mètres de béton en hurlant “je vous avais bien prévenu ils se sont fait péter les cons ?”

Pourquoi est ce que c’est ça l’image du Survivalisme la plus répandue ?

Déjà car ceux qui en parlent font partie de deux grandes catégories (je simplifie la réalité bien évidemment pour faciliter la compréhension) .

Ainsi on a d'un côté, les personnes qui sont dans le mouvement et de l’autre ceux qui sont à l’extérieur et qui en parlent de loin.

Les premiers, font donc partie de cette communauté et comme tout domaine spécialisé ils auront tendance à utiliser un langage spécifique en parlant d’EDC, de BOB, de BAD, de BOV, DTOM, KISS, la règle des 5C, des trois L, des trois S etc.

Ce sont des abréviations qui permettent à ceux qui les connaissent d’aller plus vite dans leurs échanges mais qui rendent hermétique la venue de novices qui doivent donc apprendre pour pouvoir communiquer.

Le nouveau venu risque de ne pas comprendre quand un survivaliste parle de son univers, si ce dernier utilise un jargon propre au domaine sans le définir.

C'est un souci qui n’est pas l’apanage de ce milieu. Le corps médical utilise des mots complexes OBVA, AVP, ACT , les militaires également avec les FOMECBLOT, CASTRE, PANASE etc.

Finalement, dès qu’il y a communauté, rassemblement d’humains, un langage spécifique se développe.

Sauf que, nous sommes dans une société de la rapidité. Du tout, tout de suite et maintenant. Les spectateurs du net ne veulent pas avoir à chercher pour comprendre. Si le discours n’est pas clair, limpide et simple, ils vont juste passer à autre chose.

Bien évidemment, je fais des généralités pour faire comprendre ce que je raconte plus facilement. Tous les viewers ne sont pas comme ça, tous les survivalistes non plus.

Autre point concernant cette première catégorie, c’est la part belle à un phénomène de “freak show”. Ou la course à l’audimat. Toujours plus de vues, toujours plus d'abonnés, toujours plus d’attention.

Il est plus tentant de mettre en avant les excès et les débordements d’un mouvement

vu que nous avons tendance à plus facilement réagir au négatif qu’au positif.

D'un point de vue de l’évolution, le risque est synonyme de mortalité, il est donc plus facilement pris en compte.

Rappelons la pyramide de Maslow dont le socle est constitué des besoins physiologiques en premier puis de la sécurité, l’appartenance, le besoin d’estime et le besoin de s’accomplir.

Ceux qui parlent de destruction et de fin du monde en jouant sur la peur attirent donc plus facilement l’attention car il s’adresse aux premiers paliers de la pyramide.

Ainsi, nous prêtons plus facilement attention au côté alarmiste d’une poignée d'extrémistes qu’au côté rassurant et terre à terre de la majorité. 

Simplement car ils évoquent des événements susceptibles de mettre fin à notre existence.

C’est le côté prêcheur de la fin du monde.

La fin du monde est arrivée ! La fin du monde est arrivée ! La fin du monde est arrivée ! fuyez pour vos vies ! fuyez pauvres fou !

je rappelle que les extrêmes sont très rarement majoritaires. Mais qu’avec internet on aura tendance à l’oublier car la majorité silencieuse n’est-elle pas visible

L’idée derrière tout ça c'est de de mettre en avant un personnage borderline, en marge de la société de façon à faire réagir le spectateur pour qu’il se rassure en se disant qu’il est “normal” dans le sens d'adéquation avec les normes sociétales.

Ainsi il est plus susceptible de partager, de liker, de commenter et donc de faire grossir la visibilité du contenu.

________________________________________________

Revenons aux survivalistes qui parlent aux survivalistes.

En plus d’user d’un langage de spécialiste, la plupart n’arrivent pas ou peu à sortir de leurs bulles. Ils s’adressent à des initiés en oubliant la plupart du temps de se mettre à la place d’un nouveau venu.

Il existe bien sûr du contenu spécial débutant mais la majeure partie du temps l’on va tomber sur des choses comme : “quoi mettre dans mon EDC, comment créer la BAD de mes rêves etc. “

Donc des productions qui, de manière inconscience, nécessitent des bases pour être comprises.

Et c’est normal. Du point de vue du créateur de contenu, il va en permanence avoir l’impression de revenir sur des choses simples pour lui et aura donc tendance à se dire je privilégie le noyaux dur des gens qui me suivent car ce sont eux qui interagissent avec moi et les nouveaux n’ont cas regarder mes premières vidéos pour comprendre. Ils devraient faire le travail par eux-mêmes. car moi je donne de ma personne donc eux devraient faire de même.

Ajoutons également que le visiteur peut très bien tomber sur une création sortie de son contexte. La partie III d’une réflexion globale sur tel ou tel chose par exemple.

La notion de début, de milieu et de fin est diluée au profit de la nouveauté et donc de la question est ce que ce travail est récent?

Faisons l’analogie avec le fait d’ouvrir un livre et de s'arrêter sur une page au hasard

ce que nous allons lire n’est pas éclairé par la somme des pages précédentes ce qui peut amener à une mauvaise interprétation de la part du visiteur.

SI le créateur développe, admettons, l’idée qu’il faut pouvoir se protéger d’une agression, par exemple d’un viol. 

Qu’il commence par parler du fait que la police ne peut pas intervenir en 30 secondes, qu’il explique bien qu’il faut respecter les lois en vigueur, qu’il parle de sécurité personnelle, d’analyse de son environnement et qu’il enchaîne sur l’arme et son usage en dernier recours.

Mais que le spectateur lui clique sur un contenu qui fait suite à toute cette réflexion, qui parle de quelle arme choisir pour se défendre.

Le spectateur n’aura pas conscience de l’amont et va pouvoir imaginer que le créateur conseil de s’armer et de se défendre au mépris des lois car c’est un gros survivaliste redneck.

__________________________

Les survivalistes sont également très différents les uns des autres. Eux-mêmes ont parfois du mal avec la définition du mouvement. Ainsi certains vont se revendiquer survivaliste alors qu’ils sont plutôt preppers.

D’autres qui sont autonomistes, décroissants, low techs vont justement affirmer ne pas être survivaliste car ils associent survivalisme et prepping en y ajoutant un coté négatif à la chose. 

Il y a finalement confusion au sein même de la communauté avec des sons de cloches différents. De quoi se perdre dans toutes ses nuances.

Notamment car chacun parle de sa propre définition. très peu vont retourner aux sources et aux origines du mouvement. Très peu parlerons de Don Stephens de Kurt Saxon de Bruce D clayton par exemple.

Simplement car n’importe qui peut se revendiquer survivaliste, ouvrir sa chaîne et en parler. Il n’y a pas besoin d'être un expert reconnu du domaine. Pas besoin d’expérience. Ni même d'être bon là-dedans. C’est le revers de la médaille de la démocratisation de l'information ou n' importe qui peut percer indépendamment de sa qualité ou de ses connaissances.

Un ensemble de facteurs non exhaustifs qui peuvent mener à une vision déformée du mouvement.

__________________________________

SI nous passons à la seconde catégorie, les personnes qui ne sont pas survivalistes mais veulent en parler, eh bien justement eux, auront du mal à comprendre le mouvement car ils n’auront pas forcément, le temps ni l’envie d’effectuer des recherches approfondies.

Ils risquent donc de se baser sur les premières propositions de contenu, rappelons l’effet freak show, donc des contenus qui ne sont pas le reflet de la majorité ou bien se baser sur tel ou tel survivaliste qui en réalité n’en est pas un mais qui appartient plutôt à la catégorie Preppers.

Je parle de Prepping et du Survivalisme comme deux choses différentes là où la plupart pensent que preppers n’est que la traduction anglaise de survivaliste.

Et que donc on peut dire soit l’un soit l’autre. et qu’on s’en bas les couilles au final.

Alors que le mot originel est “Retreaters” celui qui se met en retrait qui laissera la place aux mot “Survivalist”.

Personnellement, je définis un preppers comme un individu se préparant à la fin du monde. Donc quelqu’un qui est très spécialisé sur un scénario de type macro comme une rupture de normalité globale et totale. Par exemple, se préparer à la fin du monde provoquée par une pandémie.

Ainsi chaque preppers choisit selon sa propre sensibilité ce qu'il pense être la fin du monde et s'y prépare.

Il envisage donc un seul cas de figure et travaille dessus pour y survivre. 

C'est un point de vue spécialiste qui va optimiser sa façon de réagir à la situation car il estime que c'est la chose la plus probable qu'il va arriver.

Bien entendu, il y a des nuances au sein même de la nuance et certains preppers vont se préparer à différents scénarios contrairement au classique mono scénario de fin du monde.

Ce qu’il y a de commun chez les preppers c'est cette notion de rupture de la normalité globale.

Pour un preppers, la société telle que nous la connaissons va forcément dysfonctionner à un moment ou un autre il ne s'agit que d'une question de quand.

Le survivaliste agit à l’échelle du microcosme. Il n’envisage pas la fin DU monde en premier mais la fin de SON monde.

Il n’est donc pas un spécialiste mais un touche à tout qui travaille sur sa résilience face aux situations qui peuvent arriver. Il envisage l’accident de la route, l’incendie, l'agression, la perte d’emploi. Donc une rupture de sa propre normalité.

Des choses qui, somme toute, peuvent arriver. Le fait qu’il se prépare à ce genre de situations lui permettra également d’avoir quelques cartes à jouer dans le scénario des preppers.

Bien entendu il existe d’autres points de vue comme les dark preppers, autonomistes, low tek, décroissant etc.

Ajoutons que chacun n’est pas forcément à cent pourcents l’un ou à cent pourcents l’autre. Chacun aura sa propre sensibilité provoquant des mélanges subtils entre les différentes visions du monde. Il est donc tout à fait possible d’avoir un point de vue preppers sur certaines choses tout en développant un côté décroissant et autonomiste.

On comprend donc que le Survivalisme est un domaine vaste et protéiforme empli de nuances de plus en plus subtil.

Chacun verra le Survivalisme sous un prisme différent.

Ce dernier ne regroupant qu’un nombre important d’individus ou de petits regroupements qui tentent d’apporter une solution à la croyance en un système de plus en plus fragile ou tout du moins faillible.

Ma propre définition n’est pas la vérité absolue. Elle aussi n’est que la résultante de mes propres expériences et de mes propres œillères.

Qu’importe notre point de vue, pour moi le cœur du survivalisme réside dans le fait de dépasser ses limites, ses peurs et sa zone de confort, devenir quelqu’un de meilleurs chaque jour. Aller de l’avant s’aider soi-même pour aider les autres.

La préparation à la situation de crise n’est qu’une excuse pour nous pousser vers le haut.

Le Survivalisme devient pour moi la justification non pas de mon inactivité mais au contraire le travail sur moi-même.

Il ne s’agit pas d’une peur d’un avenir incertain mais de la confiance sur qui je suis, sur qui m’accompagne et de ce que j’ai déjà construit.

____________________________________________________

La petite voix dans ma tête semble s'être arrêtée tout comme l’horrible machine de mort par-delà les digues du nord.

Serais- je à présent témoin d’un morceau de quotidien d’un monde lointain ?

Mon esprit n’a point saisi chaque nuance de cette danse verbale. Peut-être que mon ami la voix et moi-même sommes simplement trop différents.

Quoi qu’il en soit me voilà qui me dresse avec maladresse pour reprendre la route.

La peau de ma main plaquée contre l’épaisse poignée de métal froid et hurlant qui colle à ma ceinture comme un gardien à son troupeau.

Je glisse le petit enregistrement au fond d’une poche et me hisse avant de disparaître à travers le blizzard.

.

.

QUI SE CACHE DERRIÈRE LE MASQUE de tacline ?

Salut je me présente, Gaël alias Tacline, la ligne tactique sur internet.

Je suis celui qui à lancer ce vaste projet constitué d’une chaîne Youtube, d’un blog rempli d’articles, du site Undersurvival, d’un serveur Discord, d’un Patreon, d’instagram, d’une newsletter bref c’est un concept tentaculaire dont le but est simple :

Offrir aux citoyens des clés pour qu’il puisse s’en sortir lors de situations à risques comme les accidents de la route, les agressions, le secourisme, les incendies etc.

pour finalement aider à prolonger la vie en développant plus de résilience et d’autonomie à travers le survivalisme.

depuis une dizaine d’années maintenant, j’explore cet univers.

J’ai débuté jeune, vers l’âge de quinze, seize ans grâce aux forums, blog et livres sur le sujet.

Quand on vit encore chez les parents, on est forcément limité dans nos champs des possibles. Acheter et tester du petit matériel reste une des principales portes d’entrée dans ce monde.

J’ai ainsi pu découvrir ce qu’était un EDC, un BOB, une BAD etc. (pour ceux qui ne sont pas familiers des termes que j’utilise ici, rendez-vous dans le glossaire du site)

Sans oublier mes premiers bivouacs en forêt ainsi que mes tentatives, souvent ratées, de techniques de survie.

Petit à petit. C’est devenu une passion. Trouver les équipements les plus astucieux, les plus ingénieux et les mieux pensés, réfléchir à comment améliorer ce que l’on porte puis le tester au quotidien.

Je me suis intéressé aux grands principes de réflexions autour de l’équipement comme la règle des trois L : lame, lampe lacrymogène, la règle des 5C, la règle des trois, le KISS (keep it simple stupid) etc.

Suite à cette passion, J’ai pu faire deux ans en étude de Design ou je me suis principalement attardé sur le design d’objet, l’ergonomie et le pourquoi, du comment un outil est réussi ou au contraire inadapté. J’ai vite compris qu’il fallait une expérience de terrain pour concevoir des outils de qualité. J’ai donc commencé à me forger des compétences.

Arts martiaux et self-défense (Kung-Fu Vu Ba, Sanda un peu, puis Krav Maga, Boxe pied poing, Jiu-jitsu traditionnel. ), randonnée, stages de survie, pratique du tir à l’arc.

J’ai pu travailler dans le monde de la sécurité privée ou j’ai fait en sorte d’intervenir dans des endroits et des postes différents autant en tant que videur dans un bar de nuit, dans des musées, des écoles, immeuble de grande hauteur, événementiel de type concert par exemple.

J’ai pu expérimenter la sécurité privée renforcée sur des sites sensibles, la sécurité incendie et assistance à personne également. J’ai été secouriste à la protection civile pendant un an et là je suis pompier volontaire. J’ai donc pu passer beaucoup de formations en secourisme.

J’ai également été Médiateur bénévole dans des événements undergrounds concert de Psy trance, Tribe et autres styles musicaux ou la soirée rimait avec prise de produits. Cela m’a permis de découvrir les côtés sombres des événements festifs (problèmes d’alcool, de drogues, misère sociale et affective etc. ) .

J’ai aussi pu pratiquer le tir (et cette fois-ci, plus à l’arc mais sur des plateformes plus modernes) depuis six ans maintenant.

Je garderais le reste de mes expériences pour moi ; p

On va dire que j’ai passé les dix dernières années à engranger des compétences, des connaissances et des expériences de vie dans le but de développer ma propre résilience. Je suis accro aux situations nouvelles. Apprendre des choses et exercer ma curiosité font partie des principes fondamentaux pour moi.

J’ai voulu approcher l’univers de l’intervention de manière multiple pour mieux la comprendre dans son ensemble. J’ai pu remarquer que ce domaine opérationnel est finalement très lié à celui du survivalisme.

Lors de la mort de mon père, je me suis posé beaucoup de questions sur mes véritables aspirations. Sur mon envie de transmettre ce que j’ai pu apprendre. De quelle image et de quel souvenir je voulais laisser après ma mort. Du comment être utile et du comment apporter ma pierre à l’édifice de la vie.

J’ai eu la chance de recevoir un peu d’argent suite à son décès. J’ai fait le choix de l’investir pour acheter mon matériel (son, éclairage, caméra, ordinateur, logiciel de montage, formations etc.). Matériel que j’ai pu utiliser pour débuter dans la production de contenu.

Je voulais aider un maximum de personnes dans leurs recherches de résiliences. Être utile à ma façon. Enseigner des choses grâce à ma modeste expérience de vie. Je trouve que c’est une noble façon d’utiliser l’argent de mon père plutôt que de simplement vivre dessus quelque temps. Ma façon à moi de transformer un drame écrit et joué par Thanos en élan positif de vie.

Depuis mes débuts en survivalisme je me suis dit que j’aimerais pouvoir transmettre mes connaissances un jour. J’ai attendu longtemps avant de débuter cette transmission pour être légitime vis-à-vis de moi-même. J’estime qu’il faut avoir une expérience pour s’exprimer avec justesse. Malgré mon background que je n’ai pas complètement déroulé devant vous, j’ai encore du mal à me dire que j‘ai le droit de parler survivalisme sur les ondes.

Je suis très perfectionniste dans mon travail. Je tente malgré mon côté autodidacte dans le monde de l’audiovisuel, de proposer des contenus le plus qualitatif possible. Mon objectif c’est de ne pas faire perdre de temps au spectateur, au contraire. L’idée c’est de lui offrir une propulsion pour qu’il puisse apprendre encore plus vite que moi

Ainsi Undersurvival représente l’aboutissement de tout ce chemin de vie.

J’ai voulu créer ici un endroit où on se sente comme à la maison. Un lieu d’échanges, de rencontre et de partage.

L’idée c’est de trouver l’équipement qu’il te faut tout en te faisant aimer le moment présent.

Il suffit d'un oui ou d'un non pour qu'elles se séparent... qui sont-elles ?

.

Accordons nous quelques instants de répit au travers d'une vie bien remplie.

Durant cette petite pause, portons un regard sur le chemin parcouru!

Depuis la naissance de ce projet jusqu'à ce jour, laissons place à ma rétrospective!

.

Rétrospective sur La chaîne YouTube

.

La chaîne YouTube, là ou tout a commencé, à bien grandie depuis le 10 avril 2020.

En moins d'une année, elle est passée de 0 à 5205 abonnés pour 40 200 vues.

Avec son lot de partenaires comme Kernos ours gris, vik gadsden, Al Gargio, Esobook, survivaliste JCB notamment.

Une expansion qui dépasse toutes mes prévisions pour seulement treize vidéos.

.

Le site internet

.

Attardons nous sur le site dans sa version V2 au design encore amélioré. ( D'ailleurs avez vous trouvez les Easters Eggs² qui se cachent entre ses pages?)

Il regroupe, à présent une quinzaine d'articles avec des collaborations comme Sphère Survie https://www.spheresurvie.com/

Mais aussi une interview ZOOM chez La Résilience dans laquelle j'en dis un peu plus sur qui je suis : https://www.la-resilience.fr/2021/01/zoom-sur-ras-tacline/

Instagram, lui aussi progresse avec 1234 abonnés!

.

Undersurvival

.

Du côté d'Undersurvival nous en somme à la création de l'épisode trois de cette aventure post apocalyptique qui comporte des boutons d'actions qui vous permettent de modifier la suite de l'histoire, mais pas que puisqu'il intègre des jeux d'énigmes à la façon d'un Escape Game numérique.

Le tout sous forme d'un ARG, Alternative Reality Game ou jeu de réalité alterné pour ceux qui connaissent.

.

Les nouveautés

.

rétrospective rastacline

.

Le lancement d'un serveur Discord sur lequel la communauté Survivaliste pourra se réunir viens à peine d'avoir lieu donc si ça t'intéresse retrouve nous ici: https://discord.gg/wqe79Y3

La newsletter est enfin en place avec déjà une cinquantaine d'inscrits donc si tu veux recevoir les actualités du projet mais , aussi des astuces et réflexions sur le Survivalisme, tu peux t'inscrire sur la page d'accueil.

Le Patreon est en place. J'ai en effet voulu débuter la création de contenu sur cette plateforme de soutien aux créateurs afin de pouvoir être financé pour pouvoir continuer à créer pour vous.

Pour ceux qui ne connaissent pas il s'agit d'un système d'abonnement mensuel (résiliable à tout moment et très facilement) qui fonctionne par niveau.

Niveau un à trois euros par mois (le prix d'un café), niveau deux à neuf euros, cinquante par mois ( le prix d'un énoooooorme café) et le niveau trois à vingt-cinq euros (le prix d'un énoooorme café dans une tasse en or).

Cet abonnement permet de décrocher des avantages exclusifs comme votre nom dans les vidéos, mais surtout du contenu making-off sur le projet. Comment je crée mes vidéos, mes astuces de façon beaucoup plus spontanée, des photos, des textes, bref pleins de choses en plus!

Donc, si ça vous dit c'est la : https://www.patreon.com/rastacline

Et enfin le début de la stop motion, animation image par image qui s'invite dans mon travail!

.

Mais que nous réserve le futur?

.

Je suis en train de rédiger un E-book sur la survie urbaine. Je vous prépare une version gratuite d'une trentaine de pages qui sera disponible ici, puis j'enchaînerais sur un véritable livre numérique.

Le projet Undersurvival est bien plus massif que ce qu'il laisse paraître. Il ne s'agit là que de la pointe de l'iceberg!

Si tout va bien, vous découvrirez vite le reste de l'iceberg.

.

Conclusion

.

Une conclusion? Tout ce que je peux dire c'est que je n'ai pas chaumé!

Je tiens également à remercier Charlieafo qui à élaborée les dessins et logos présents ici, Bryan Rassen et Dimitri pour leurs travaux de création de ce site et de celui d'Undersurvival ainsi que pour l'aspect SEO, Clement Keller qui s'investit de plus en plus dans ce projet avec la gestion du Discord et sa présence dans la création des vidéos, mais aussi Clarence Dolbeau pour son travail de petites mains et enfin toute l'équipe des modérateurs du Discord.

.

Pour aller plus loin: https://ras-tacline.com/ergonomie-equipements-survivalistes-ras-tacline/

.

Introduction:

En parcourant le contenu survivaliste présent sur le Net, j’ai remarqué une chose.

Tout le monde parle d’équipements survivaliste, de quels objets achetés, du pourquoi et du comment tel item prédomine sur tel autre.

Partant de là, j'aimerais développer avec vous une question simple.

Non pas quel produit est meilleur mais simplement qu’est ce qui fait qu'un produit pourrait être meilleur ?

Qu’est ce qui fait qu’une construction humaine est plus avantageuse sur le terrain qu’une autre. Comment sont nés les grands dominants du marché comme les lampes Surefire ou Fenix, les sacs mystery ranch, les Nalgenes, les couteaux Mora, les briquets Bics, les pistolets Glock… Qu'est ce qui fait que certains outils se retrouvent dans tous les sacs des survivalistes ? Qu'est ce qui fait d'eux des incontournables ?

Est-ce par leurs formes ? Par leurs designs ? Par leurs matériaux ou leurs qualités ? Leurs prix ? Ou bien est-ce avant tout la réflexion qui se cache derrière ? Le temps passé à imaginer, optimiser, tester, recommencer, et donc finalement l'humanité, qui se dégage de tout ce processus ?

Je pense sincèrement que ce qui les différencie de la masse de produits proposés sur le marché ce sont leurs ergonomies.

Et c'est donc cette notion d'ergonomie appliquée aux objets que j'aimerais développer aujourd'hui avec vous.

La question intéressante c'est comment choisissons-nous nos compagnons d'aventures inanimés ?

À la croisée des chemins entre neuro-ergonomie, usage kinesthésique, réflexes Innés ou acquis et compréhension du phénomène de stress, partons à la rencontre de ceux qui pensent l'objet comme soutiens des pires situations que nous pourrions rencontrer.

Pour ceux d'entre vous qui travaillent dans des domaines opérationnels ou l'équipement est vraiment d'une importance capitale, vous avez déjà pu voir à quel point un item mal conçu complique la réalisation de la mission.

Le principe d'ergonomie:

Bien que la plupart de l'ensemble des créations humaines qui nous entourent semble aller de soi. Chaque chose est née d'un besoin et d'une réflexion qui tourne autour de l'ergonomie, ou l'art de mettre une poignée là où il faut.

La neuro-ergonomie elle pourrait se traduire par l'art de mettre une poignée non pas à un objet mais à une idée. Comment facilité l'apprentissage d'un concept, comment se souvenir plus facilement d'un ensemble de règles etc…

L'acronyme en est un exemple. Le "palais mental " un autre.

L'ergonomie découle d'un apprentissage inconscient et de règles de vie en communauté comme l'usage du rouge pour symboliser un danger.

Cerveau, le premier outil. ergonomie et équipements survivaliste.

Il est intéressant de voir que ces conventions sociétales changent en fonction des cultures.

Ainsi un objet pourrait être adapté dans une zone géographique donnée et complètement inadaptée si on le place dans un autre contexte.

Notons également que l'outil ergonomique l'est pour un individu sain. Il ne prend pas forcément en compte les déficiences physiques et autre handicap.

Le rendant ainsi peu voir pas du tout utilisable pour une minorité.

La question dépasse donc le simple ergonomique or not ?

Notion de complexité et principe KISS:

La notion de complexité va venir améliorer l'efficacité d'usage mais uniquement en cas de drill, donc de répétition de la mise en œuvre de l'item jusqu'à ce que son usage devienne un réflexe. Avant le stade de réflexe il constitue un frein à son usage

C'est pour cela que le KISS est adapté à des individus qui découvrent l'outil. Le KISS est un principe neuro-ergonomique qui facilite sa mémorisation. Il se traduit par Keep it simple, stupid ou garde les choses simples, idiot.

Cette notion de simplicité découle de l'observation du comportement humain en période de stress intense. En effet, dans ce genre de moment, notre motricité fine disparaît rapidement à cause de l'augmentation du rythme cardiaque. Il devient donc impossible de réaliser des gestes fins, précis et minutieux.

Notre habilité descend à notre niveau le plus bas d'entraînement. Seuls les gestes répétés maintes et maintes fois sont reproductibles et souvent avec un niveau de précision très largement en dessous de ce que nous sommes capables de faire en temps normal.

C'est ainsi que nous pouvons observer un policier entraîné tenir son chargeur à l'envers ou bien avoir énormément de mal à recharger son arme quand il est sous le feu.

Partant de ce postulat, deux choix s'offre à nous. Si nous disposons de temps pour nous entraîner. L'outil complexe offrira des possibilités nouvelles pour aller plus loin. Il nous en coûtera du temps à l'entraînement.

L'autre option sera de privilégier les outils les plus simples possibles. Surtout si nous ne disposons justement que de peu de temps pour utiliser l'objet.

L'avantage des mécanismes simple réside également dans la robustesse. Un couteau fixe sera toujours plus solide et rapide à utiliser que sa version pliante. Un fusil à verrou ou un revolver sera toujours moins sujet aux problèmes mécaniques qu’un fusil semi-automatique par exemple.

Je suis partisan de la voie du milieu. Posséder tous nos équipements en version KISS va très vite limiter nos possibilités tout en augmentant notre rusticité et la durabilité de nos items.

KISS

À l’inverse, disposer d'outils complexes offrira trop de possibilités que nous oublierons le tout sur des systèmes plus fragiles.

Pourquoi ne pas opter pour des outils simples pour ce qui relève de la survie en y ajoutant quelques outils complexes ? Ou bien pourquoi ne pas appliquer la règle de la redondance, donc du deux c'est un et un c'est rien en choisissant un produit simple et l'autre complexe.

Par exemple pour l'orientation le GPS avec une solution simplifiée carte et boussole au cas ou.

Les 5C.

Personnellement j'applique la loi de simplicité à mon fond de sac. C’est-à-dire au 5C une règle neuro-ergonomique de survie pour se souvenir des bases concernant le matériel.

Survivre en foret.

Il s'agit du :

1er C : Couper solution simple : le couteau Mora à lame fixe

2e C : Combustion : Le briquet BIC et la chambre à air

3e C : Couvrir. La couverture de survie lourde c’est-à-dire une simple bâche verte avec une partie aluminium.

4e C : Contenant La gourde Nalgenes en métal

5e C Cordage. La nano paracorde et le duc tape ruban adhésif résistant.

Les outils complexes que je choisis de prendre avec moi seront utilisés dans les périodes ou tout va bien. Quand il n'y a pas de stress ou de problématiques grave.

Dès que la situation se dégrade c'est là ou la simplicité de mes équipements va venir me soutenir.

L’ergonomie est un sujet vaste. Nous n’avons pu qu’en effleurer la surface.

SI le sujet vous a intrigué, si mes modestes mots ont éveillé des questionnements je laisse la partie commentaire à votre disposition pour continuer le débat.

Dites-moi si vous êtes adepte du KISS, des outils complexes ou de la voie du milieu.

Dites-moi ce qui rend un objet meilleur pour vous. Ce que c’est pour vous une bonne ergonomie.

Pour aller plus loin : https://www.youtube.com/watch?v=iDIIKfmqNZ8

Article écrit par Lwouis et Eli, survivalistes passionnés et créateurs du projet “Sphère Survie”

En collaboration avec Tacline, la ligne tactique.

Les infos.

“Flash Info”, Rien ne va plus.  Le Covid 19 est hors de contrôle suite à sa recombinaison avec le H5N1 modifié, crée en laboratoire.

Ce virus était pourtant garanti sans risque de “fuite”, d'après les chercheurs. 

Ceux là même qui n’ont pas pris au sérieux les inquiétudes de l'agence de biosécurité Américaine…

Aire de quarantaine.

Le résultat, l’armée Française a 24h pour évacuer un grand nombre de villes, dont la votre.

Leur objectif sera de  réduire la densité de population en créant de gigantesques zones de quarantaines à l'extérieur des centres urbains. Ils espèrent ainsi contrôler et juguler la pandémie.

Malheureusement, la situation se dégrade, la panique s’installe peu à peu, les premières violences apparaissent.

Le choix est fait, vous décidez de partir avant que tout ne dégénère, ou que l’armée n’ai bouclé le secteur. 

Vous saisissez à la hâte vos clefs de voiture ainsi que votre sac que vous aviez préparé en cas de soucis pour partir vite.

Les survivalistes appellent ça un BOB “Bug Out Bag”. Vous l’avez lu sur internet. 

Le journal télévisé tourne encore quand votre voiture s’élance sur les routes moins de vingt minutes après votre décision. 

Direction la vieille ferme familiale que vous aviez aménagée pour y vivre confortablement en cas de soucis.

À force de traîner sur des forums survivalistes, vous avez simplement mis en pratique ce que eux appellent la BAD, “Base Autonome Durable”. 

La maladie progresse...

Tout a été pensé et anticipé là-bas. Stock d’eau, de nourriture, de médicaments, bref de tout ce dont vous aurez besoin pour vous “confiner” efficacement. 

De toutes façons, vous n'étiez pas si fan que ça de l’agitation urbaine, des supermarchés, de la foule et des tracas. 

Et c’est tant mieux ! Dehors, ça devient l’anarchie. 

En aussi peu de temps qu’il n’en faut pour dire “BAD”, on se bat déjà pour du PQ, des pâtes et de l’essence.

On se fait voler son véhicule à tout bout de champs, les routes sont bouchées. Tout est bloqué car le temps de préparer sa petite valise, toute la ville à eu la même idée : partir vite et loin...

Des armes ont même déjà été utilisées… Vous entendez parfois des détonations lointaines...

C’est du chacun pour soi, l’entraide s’amenuise à mesure que les délits se cumulent. 

Vous le savez car vous avez tout fait pour rester informé(e) de la situation grâce à votre petite radio à piles, calée entre les sièges arrières. 

Heureusement que, vous et votre famille, avez pu vous mettre à l’abris. 

Vous venez d’ailleurs d’arriver à destination. L’endroit est reculé des villes, parfait pour souffler un peu.

Les jours passent, puis les semaines, et les mois... Aucun signe de ce que vous avez connu n’a survécu à cette vague.

Vous l’aurez compris, le monde, tel qu’il était, n’existe plus.

Un membre de votre famille a chopé une saloperie. Une vilaine coupure qui a fini par s’infecter, provoquant une montée de fièvre. Vous n’avez plus assez de médicaments. Normal, vous vivez sur vos réserves depuis si longtemps...

La B.A.D

Vous savez qu’à trois kilomètres d’ici, une infirmerie de fortune s’est montée un peu clandestinement,

mais sauve des vies et rend service à tout le monde. 

Il vous faut y aller, vous n’avez pas le choix, vous avez besoin de ces antibiotiques. 

Vous avez ouï dire que les services y étaient précaires et souvent hors de prix ; À chaque denrée vitale sont lot d’égoïsme.

On vous dit que cela sera cher, d’accord. Mais qu’est devenue la valeur de la monnaie?

Le fric ? Certainement pas. L’argent liquide n’a absolument plus aucune utilité à moins de starter un feu de cheminée avec vos billets.

L’or et l’argent ? Bof. Ça n’intéresse que ceux qui pensent qu’un nouveau monde renaîtra

des cendres actuelles. Ils sont clairement en minorité.

Partant de ce constat, que pourriez-vous bien échanger, TROQUER, contre vos précieux médicaments ?

Et c’est là, où nous voulions en venir !

Oui, toute cette petite histoire inventée n’a en fait été créée que dans l’unique but de parler du troc.

Mais avouez que c’est carrément plus impressionnant d'être plongé directement dans la situation.

Bref, que ce soit dans ce type de cas ou dans n’importe quel autre scénario où il sera question d’obtenir quelque chose d’important que vous ne possédez pas, la solution de stocker des biens à échanger devra être envisagée pour augmenter votre champs des possibles.

Aujourd’hui tout s’achète, tout ce deal avec un peu de cash !

Et de nos jours, si vous avez de l’argent, vous avez tout le matériel que vous souhaitez obtenir.

La monnaie.

Il est intéressant de partir du postulat que cette notion ne sera plus forcément la norme.

La valeur sur vos moyens de paiement (billets, CB, chèques), risquent bien de dégringoler au profit de choses plus tangibles. 

La vie deviendrait ainsi bien différente.

La population restera très ébranlée par ces changements rapides et brutaux. 

Elle risque de se concentrer sur les besoins vitaux et immédiats. Boire, se soigner, se protéger des éléments, manger,

se sécuriser. Il sera donc bien plus simple de passer par le troc. 

Outre les besoins de base, il est intéressant de se tourner vers la sphère des addictions comme le tabac, l'alcool etc.

On peut ainsi arriver à échanger de la bouffe contre des clopes ou de l’alcool.

Dans le monde actuel, c’est une pratique que l’on retrouve encore beaucoup, surtout quand on sort de notre monde occidental.

Même si l’on peut considérer cela moyenâgeux que de s’échanger des oeufs de poules contre quelques légumes,

c’est véritablement ce qu’il se passe dans certaines petites zones rurales en France . 

De nombreux individus et parfois des villages entiers tendent à se rapprocher d’un mode de vie tournée vers l’autonomie.

Ils pratiquent déjà le troc depuis longtemps (ou disons, n’ont jamais vraiment arrêté de le faire). 

Vous les connaissez sous le nom “éco lieux”, “éco villages”, “éco hameaux” - etc.

Un endroit où l’on tente de vivre en petite communauté dans le respect et le partage des choses, des besoins, des services... C’est un procédé ancestral qui n’a jamais perdu de son intérêt.

Et nous le voyons aussi beaucoup dès que nous parlons des communautés . 

Sur les groupes “Facebook” de freegans où nous nous sommes inscrits, par exemple, le troc et l’échange sont très courants.

On serait tenté de se dire : si cette personne en a besoin, pourquoi je ne lui donnerai pas ?

Et nous pensons qu’il existe bon nombre d’individus empathiques qui se disent la même chose.

Dans un monde idéal, nous pourrions agir ainsi et simplement offrir au voisin ce dont il a besoin, sans retour et sans attentes, par pure sympathie. Il serait bon de se diriger vers cela sans tomber dans l’utopie.

Malheureusement, ce sont des termes qui risquent de disparaître assez vite dans un monde effondré.

L’égoïsme de l’être humain risque de prendre rapidement place dans la majorité des cas.

C’est triste, à écrire comme à lire, cela suscitera sûrement de nombreuses réactions de désaccord. 

Chacun a le droit d’avoir son avis. 

Nous ne prêchons aucunement la bonne parole.

Quand vous-même aurez besoin d’antibiotiques comme le scénario fictif du dessus, cela ne vous traversera même pas l’esprit d’aller en demander sans rien donner en contrepartie. 

Vous saurez sur l’instant qu’un échange de matériels ou de services devra se faire. Une transaction aura lieu.

Si vous souhaitez être un “donateur” (un Abbé Pierre, comme dirait l’autre !) libre à vous.

Partez seulement du principe que vous ne rencontrerez pas souvent d’autres donateurs...

Pour en revenir au troc, voici notre liste personnelle d’objets intéressants à posséder en cas de besoin.

Cette liste est, comme à notre habitude, un condensé de notre propre savoir, de nos idées, mais aussi des informations

et des bons plans les plus pertinents trouvés sur le web.

les stocks.

- Les cigarettes et l’alcool, si l’on reste dans le domaine du légal. C’est une bonne grosse base à posséder.

“Malheureusement”, même aujourd’hui c’est une denrée qui coûte cher ! À 10 balles le paquet de clopes,

ça fait mal d’en garder pour un hypothétique effondrement.

Sauf si l’on vit à la frontière avec des pays comme l’Espagne, le Luxembourg ou l’Allemagne.

Les prix y sont moins élevés, donc plus accessibles.

Les personnes vraiment accros, dans une situation de manque, seraient sûrement capables d’échanger des denrées

très intéressante pour satisfaire leurs pulsions addictives. Attention, ils seront également très dangereux et imprévisibles.

En général, plus la situation va mal, plus l’addiction grandit.

Nous vous conseillons également de les conditionner en petits échantillons à la manière des dealers. 

l'alcool.

Par exemple, dans des petits pochons ou emballages contenant de deux à cinq cigarettes ou une petite fiole d’alcool.

Procurez vous aussi du tabac en pot avec des feuilles à rouler.

Cela vous reviendra moins cher. Vous pourrez ainsi échanger au gramme. 

Pensez à troquer plus petit, en effet, s’il ne vous faut qu’une boite de médoc

et que vous n’avez que votre bouteille d’1.5L de whiskey, ce n’est pas très équitable.

Ne mettez pas en avant toute l’étendue de votre préparation ou de ce que vous possédez réellement, au risque de susciter des envies…

Si vous négociez quelques dolipranes contre quelques centilitres de whisky admettons, 

que vous servez la personne depuis votre grosse bouteille d’alcool, l'individus repartira en étant au courant

qu’il vous reste une bouteille pleine. Il pourrait ainsi décider de revenir plus tard pour la voler. 

Alors que si vous lui tendez une petite fiole en lui expliquant que vous l’avez échangée il y a peu contre un service,

il repartira sans connaître l’existence de votre réserve. 

Elle ne doit pas être au courant de la quantité de stocks dont vous disposez, sinon,

elle aura envie d’avoir le reste de la bouteille. Faites en sortes de donner l’impression de ne rien avoir d’autre.

- Les médicaments ainsi que tout ce qui touche au nettoyage approfondi et la désinfection. 

N’en venez pas à devoir puiser au seins de vos propres réserves. Mettez-en de côté pour du troc. Utilisez-les uniquement

si vous veniez à en manquer.

Les antiseptiques, les bandages, pansements, la javel, les gants, etc

(attention à la “péremption” d’une eau de javel ouverte : c’est très rapide !)

Pensez au gel hydroalcoolique que vous pourrez également mettre en échantillons. Dommage, avec la situation actuelle,

les prix ont flambés.

- Les briquets, ou sources d’ignition. Quoi de plus important pour se nourrir et se réchauffer ?

Par lot de dix dans des magasins type Bazar, ou en coffret de cinquante sur Amazon. 

Ils seront probablement bien pratiques et faciles à troquer. Pourquoi ne pas

agrémenter votre sélection avec de petites recharges de gaz ainsi que des bougies de différents types ?

- La nourriture et l’eau, en même temps c’est logique. Nous ne sommes pas une majorité, nous, les survivalistes,

à faire des stocks. Énormément de personnes vont se retrouver sans bouffe,

sans eau potable, et n’auront pas vraiment de solution. 

Aujourd’hui, de nombreux citadins n’ont pas plus de deux jours de nourritures, et se servent de l’eau du robinet

(merci à nos mauvaises habitudes : Appart trop petit, manque de place ou de locomotion,

il est plus facile d’aller à la supérette du coin trois fois par semaine...) 

Le verre à moitié vide ou à moitié plein?

Avoir quelques boîtes de conserve (même les plus dégueulasses ou les moins chères, vu que c’est pour le troc,

vous ne les consommez pas personnellement) et quelques petites bouteilles d’eau fermées

pourrait déjà avoir pas mal de valeur. 

- Des produits d’hygiène. Ouais, ça peut paraitre con, mais c’est du consommable.

Et si tu ne sais pas le faire toi-même, que les rayons des supermarchés sont vides eh bien cela peut en amener certains

à échanger de belles choses contre un peu de confort. 

Pour le plus simple : la bouteille de shampoing, le pain de savon

(que tu peux couper en morceaux ou en copeaux), le rasoir ou le dentifrice. Pour le plus évident (ou pas) :

les protections hygiéniques (n’oublions pas les nanas qui saignent tous les mois

même pendant la fin du monde) et les préservatifs. Même si beaucoup de survivaliste sont prêts à se laisser pousser

les cheveux, la barbe, à se rouler dans la terre comme les phacochères pour se laver, pour d’autres,

les vieilles habitudes du quotidien auront la vie dure !

- Des lampes torches et des piles. On ne te parle pas de la méga version à cinquante balles (celle-là, tu te la garde pour toi !), mais des petites lampes torches premier prix qui peuvent se révéler super intéressantes si les lumières ne fonctionnent plus. Les piles constituent une bonne base également.

Surtout , si l’électricité est coupée, vu que nous ne conserverons que les appareils à piles (ou solaires pour ceux qui auront prévu). 

- Le sucre et le café. Oui, cela rentre dans la catégorie de la bouffe, mais nous pensons qu’il faut vraiment le ranger

dans une catégorie à part entière. Le sucre est une drogue monstrueuse, nous sommes tous accros

(même sans le savoir !). Ça “remonte le moral”, un petit carreau de chocolat ou un bonbon aux fruits pour les mômes.

Le café fait réellement partie du quotidien de beaucoup de personnes. Ce n’est pas vital, mais ça peut-être un très bon complément pour du troc !

- Des trucs bidons qu’on oublie souvent. Du sel, un peigne à cheveux, une fiole de parfum, un stylo bille, des sacs poubelles,

du duct tape (scotch multifonctions ultra-adhésif), un tournevis, une paire de chaussettes, une aiguille à coudre, du fil,

de la corde, BREF ! Pleins de petits trucs pas vitaux, mais qui ne sont ni chers ni encombrants à cumuler au fur et à mesure des mois ou des années.

Et que vous pouvez largement fourrer dans un sac de course au fond d’un placard dans votre domicile ou votre Base Autonome Durable, et qui peuvent tout de même faire une différence au moment venu.

- Un peu d’argent, dans le cas où l’effondrement n'arrêtait pas de suite la transaction à base de monnaie, ou pour échanger avec les personnes qui penseront qu’une normalité reviendrait.

Utile également pour un “petit” effondrement transitoire dans lequel les systèmes de paiement ne serait que peu altérés.

- Un service. Vous savez travailler le bois ou la terre ? Vous avez des connaissances

en médecine ? Vous avez en mémoire les bases de la couture ? Échanger un service peut vous permettre d’obtenir tout

ce dont vous avez besoin. De la main d’oeuvre contre un peu de bouffe, par exemple. Votre savoir peut littéralement

vous sauver la vie, donc commencer à lire et à vous former sur plein de trucs. Ce sera utile dès maintenant, en plus, donc lancez-vous !

Vous retrouverez plus d’infos sur “les services” dans le Cercle 1, chapitre :

Évacuer / Effondrement lent / Suivre des formations.

Inutile de se creuser la tête aujourd’hui pour savoir si un paquet de cigarettes vaudra deux bidons de javel

ou non lors d’un effondrement. 

Tout dépendra de la cause et des circonstances de la problématique . 

Si l’on se base sur le dernier problème en date, le Covid-19, il y a eu a pénurie de gel hydroalcoolique. 

Peu de monde, même les survivalistes, aurait pensé à en stocker pour du troc avant de vivre cet épisode. Chaque événement engendrera des pénuries différentes.

Donc chaque pseudo diagnostics que nous pouvons essayer de prévoir à l’avance pour anticiper la valeur d’un objet

pour du troc peut-être lourdement remis en cause (prendre 2X plus de valeur ou au contraire devenir quasi inintéressant).

La base c’est déjà de posséder de quoi troquer. Posséder de quoi troquer est un luxe que l’on s’offre une fois

que nos préparation sont suffisamment avancées.

Plus haut, nous parlions de tirs au loin, ce qui implique les munitions. Il est important de souligner leur absence au sein du stock de troc. Tout simplement car pour nous - et c’est bien là un avis personnel - cela peut simplement se retourner contre soi. Un survivaliste armé, sûr de lui, aura surement prévu (plus ou moins) suffisamment de munitions. Devoir troquer des cartouches avec quelqu’un qui en a besoin, c’est prendre le risque de se retrouver en face d’une personne qui pourrait décider de nous braquer.

Munitions

En résumé, nous pensons qu’avoir un “sac de troc” constitue un outil intéressant à ajouter à nos possibilités. 

Toutefois, inutile d’aller mettre deux-cent euros aujourd’hui au premier supermarché du coin. Trouvez-vous un contenant

que vous n’utilisez plus, plutôt anodin (comme un vieil Eastpak pourquoi pas, ou juste simplement une étagère chez vous). 

Commencez doucement à le remplir d’articles que vous jugerez intéressants. 

Doublez certains de vos achats, gardez-en un pour vous, et mettez

l’autre dans votre stock de troc. Faites vos fonds de tiroirs pour trouver des stylos

ou des briquets inutilisés, ou tout autre article que vous pensez intéressant.

Minimiser le coût de votre stock de troc, il ne doit pas non plus déborder sur vos autres dépenses

“plus importantes” en termes de survie personnelle. Par exemple, privilégiez toujours votre propre stock

(ce que vous consommerez et utiliserez, vous et votre famille). Il est inutile d’avoir beaucoup d’articles à troquer si vous-même n’avez pas de quoi survivre.

Le troc, comme votre stock, fait partie de votre préparation.

Ce même troc peux vous sortir de situations tendues.

Proposez une gomme à mâcher à quelqu’un d'agressif peux calmer la situation. ;p 

Ne restez pas spectateurs de l’effondrement, survivez-le !

C’étaient Lwouis et Elijah de Sphère Survie en étroite collaboration avec Tacline, la ligne tactique. Merci de nous avoir lu, et à bientôt !

Article corrigé par Martial Guitteny, un grand merci à lui.

Retrouvez les rédacteurs directement chez eux ! https://www.spheresurvie.com/

Pour aller plus loin voici un autre site intéressant : https://mouton-resilient.com/

Au cas ou. Un documentaire survivaliste dans lequel j'ai eu l'occasion d'aborder mes idées sur le survivalisme à la façon d'une discussion entre ami. Bien plus qu'une simple vidéo, il s'agit la de l'histoire d'une rencontre incroyable. La mise en application du principe de lien social.

Premier format audio en partenariat avec la petite lanterne!

Discussion autour des problématiques de notre société à la façon d’une émission radio des années 90. 

Ou alors, à la manière d’un conte autour du feu aux accents primitifs. 

Laisse toi emporté par l'ambiance sonore et visuelle de ce premier projet collaboratif !

Si toi aussi tu as des idées de créations communes, contacte nous dans l'onglet collaboration !

Retrouve notre partenaire La petite lanterne ici : https://www.youtube.com/channel/UCAZTfc7pvA9Mr0PMDVthNpQ

Voici le lieu où vous trouverez la définition d’un vocabulaire spécifique et technique relatif aux différents domaines que j’aborde. 

J’affiche ici une volonté d’accessibilité au plus grand nombre en venant expliquer des termes parfois obscurs ou possédant un sens particulier inhérent à la discipline étudiée. 

Donc, quand vous rencontrerez un terme qui possède un ² c’est qu’il s’agit d’un renvoi vers ce glossaire : par exemple BAD² ou EDC².

A noter qu’il y aura régulièrement des mises à jour de ce glossaire pour ajouter de nouvelles définitions en fonction de l’évolution de mon contenu. 

J’ai fait le choix d’établir un classement alphabétique pour plus de simplicité. 

Petite particularité, pour ajouter un côté sympa j’ai utilisé l’alphabet international² 


A comme Alpha

Assistant régulateur

DOMAINE : SECOURISME (SAMU)

L'assistant de régulation médicale est chargé de réceptionner les appels parvenant au SAMU.

En gros, c’est le mec qui va décrocher le téléphone quand tu appelles les secours.

Alphabet international

Il est utilisé notamment par l'OTAN mais aussi par les services de secours utilisant les fréquences radio tels que les pompiers, la police, la gendarmerie, la Croix-rouge, la protection civile, la sécurité civile, les radioamateurs², etc.

Il est issu des différents alphabets radio utilisés par les forces armées des États-Unis et a remplacé les alphabets radio nationaux. Il a été généralisé par l'OTAN, d'où son nom dans le langage courant. 


B comme Bravo

BAD

« lieu de vie autonome et isolé » DOMAINE : SURVIVALISME

La Base Autonome Durable est un concept de lieu de vie qui se base sur 7 éléments fondamentaux : eau, nourriture, hygiène et santé, énergie, connaissance, défense et lien social.  Le but étant d’établir un moyen de survivre en établissant un habitat dans un endroit éloigné des zones de trouble potentiel et d’acquérir une autonomie aussi grande que possible sur les 7 piliers évoqués plus haut. 

La BAD est soit vu comme habitation principale, soit comme lieu de retraite situé loin du domicile et dans lequel on viendrait trouver refuge. 

Dans cette dernière vision on vient utiliser le principe de BOB² pour atteindre sa BAD.

BAD Urbaine

« lieu de vie autonome présent dans un environnement urbanisé  » 

DOMAINE : SURVIVALISME

Même principe que la BAD mais ne se situe plus dans une zone isolée mais dans un endroit urbanisé. 

BOB ( Bug out bag)

« Sac d’évacuation » DOMAINE : SURVIVALISME

Il s’agit d’un sac d’urgence prévue pour l’évacuation du domicile en cas de catastrophe, incendie, inondation, urgence sanitaire etc 

Un BOB doit vous permettre de vous nourrir, de vous hydrater, de vous soigner, de vous abriter, de vous réchauffer… En bref, de survivre sans aide. C’est un kit complet conçu pour trois jours, donc 72 heures d’autonomie.

BOV (Bug Out Vehicle)

« Véhicule d’évacuation » DOMAINE : SURVIVALISME

C’est la version format véhicule du BOB. Donc un moyen de transport  dédié à l’évacuation, possédant une bonne réserve de carburant, permettant de parcourir le plus de distance possible afin de s’éloigner d’un danger.

BOL (Bug Out Location)

« Zone refuge d’évacuation temporaire » DOMAINE : SURVIVALISME MILITAIRE

Il s’agit d’une étape de repli pour une courte durée, une cache, un principe de boite aux lettres mortes. Cette zone va servir de point de ravitaillement et de repos temporaire pour par exemple rejoindre une BAD² lointaine. Agit en complément d’un BOB² quand le temps de trajet envisagé est plus long que 72 heures. 

Le BOL est multiforme. On le retrouve autant sous la forme de caisses enterrées remplies d’équipement que d’habitations d’amis présents sur la route. 

Back Up

DOMAINE : MILITAIRE

« Sauvegarde, solution de secours en cas de défaillance du système principal» 

Bandes hémostatiques

 DOMAINE : MILITAIRE SECOURISME

Bandes imbibées de principes actifs conçus pour arrêter le saignement. Souvent il s’agit de polysaccharides mais peut varier en fonction des modèles. 

Balancement Thoraco-Abdominal

DOMAINE : SECOURISME

Le Balancement Thoraco-abdominal est un signe correspondant à un mouvement paradoxal de l'abdomen. Durant l'inspiration, pendant la contraction du diaphragme, l'abdomen s'expand et la cage thoracique se rétracte.

Bradypnée

DOMAINE : SECOURISME

La bradypnée, de -brady (ralenti) et -pnée (ventilation), désigne une ventilation ralentie (la respiration « normale » au repos est de 12 à 20 mouvements respiratoires par minute chez un adulte, et 30 mouvements par minute chez un nourrisson). Pour l'Académie de médecine, la limite est de 16 mouvements par minute.

Elle peut être due au froid ou à la concentration en CO².


C comme Charlie

CELOX

 DOMAINE : MILITAIRE SECOURISME 

Marque de matériel hémostatique.

Cyanose

DOMAINE : SECOURISME

Coloration bleue ou noirâtre de la peau due à diverses maladies (notamment, troubles circulatoires).


D comme Delta

DMR

Designated Marksman Rifle :

« Fusil de tireur de précision désigné»  DOMAINE : MILITAIRE

Il s’agit d’une arme qui se situe entre le fusil d’assaut et le fusil de précision (communément appelé “fusil sniper”), possédant un calibre plus important que les fusils d’assauts standards, souvent du .308win mais possédant une portée et une précision moindre qu’un fusil de précision “pure”.

C’est donc un hybride entre les deux plateformes. 

Drills

Domaine militaire. 

Action de répéter encore et encore un mouvement, une façon de faire.


E comme Echo

 EDC (Every Day Carry)

« Ce que je porte sur moi au quotidien » DOMAINE : SURVIVALISME

Un everyday carry, ou every-day carry (EDC,  « que l'on porte tous les jours ») désigne l'ensemble des objets que l'on porte en permanence sur soi.

L’EDC le plus classique se compose de vos clefs, d’un téléphone portable, de vos papiers d’identité, de votre portefeuille, et d’une montre. On peut ensuite le compléter par un couteau de poche, une lampe, un stylo, un briquet…

EDB (Everyday In My Bag)

« Ce que je porte dans mon sac au quotidien » DOMAINE : SURVIVALISME

C’est une version plus grande de l’EDC on y retrouve souvent une bouteille d’eau et autres items trop gros pour être portés dans ses poches.

EDV (Everyday Vehicle)

« Véhicule de tous les jours équipé comme un EDC » DOMAINE : SURVIVALISME

C’est un EDC version véhicule donc en gros, ce qu’il y a au quotidien dans votre moyen de transport. 

easter egg

Un easter egg (terme anglais « œuf de Pâques ») est, en informatique ou également dans les jeux vidéo, une fonction cachée au sein d'un programme (image animée, jeu, message électronique, etc.) accessible grâce à un mot-clé ou à une combinaison de touches ou de clics ou simplement en étant attentif.

Un easter egg n'est pas assimilable à un virus : il n'abîme ni le programme original ni les autres données et ne se propage pas ; il est caché et a été inséré volontairement par les créateurs. Il peut s'agir de la liste des auteurs du logiciel, d'un jeu, d'une blague, d'une séquence inédite, de bruitages.

Il y en as beaucoup sur ce site! ( jeu Asteroid, les pixels art notamment...)


F comme Foxtrot

Fréquence respiratoire

DOMAINE : SECOURISME

La fréquence respiratoire est le nombre de cycles respiratoires par unité de temps, mesurés chez un individu. On compte une inspiration et une expiration pour un et on se base sur un cycle de une minute. On s’exprime donc en parlant de 20 cpm (cycle par minute) par exemple.

La respiration au repos est de 12 à 20 mouvements respiratoires par minute chez un adulte et de 35 à 50 mouvements par minute chez un nourrisson. 

Voir aussi Tachypnée², Bradypnée² et Polypnée².


G comme Golf

GHB (Get Home Bag)

« Sac de retour à la maison » DOMAINE : SURVIVALISME MILITAIRE

Situé entre le BOB et l’EDC, le GHB doit assurer 24h d’autonomie. Il est présent pour assurer un retour au domicile sans soucis, dans le cas ou vous seriez surpris par une problématique sans accès à vos différentes préparations. 

Garrot tourniquet

Outil servant lors d'hémorragies incontrôlables, d’amputations, d'échecs de méthode compressives ou de multiples victimes. A noter qu’il faut toujours inscrire l’heure de pose du garrot. Il est impératif de ne JAMAIS le placer sur une articulation. 

Il en existe plusieurs modèles comme les “CAT”, les “SMART”, “SOF”..


H comme Hotel


I comme India

IFAK – Individual First Aid Kit 

« Kit de secours individuel » DOMAINE : SECOURISME MILITAIRE

Il s’agit d’une trousse de premiers soins à échelle individuelle permettant de gérer la bobologie et les problématiques non vitales. 

Pour les urgences vitales, voir Traumakit².

IT Clamp

 DOMAINE : MILITAIRE SECOURISME

Dispositif d'arrêt d'hémorragies situés sur des zones complexes comme le cuir chevelu ou le cou. 


J comme Juliette


K comme Kilo


L comme Lima


M comme Mike

MBR  (Main Battle Rifle)

« Fusil de combat principal » DOMAINE : SURVIVALISME MILITAIRE

Arme principale du survivaliste. Choisi pour sa versatilité, sa résistance et sa polyvalence d’emploi. 

Marqueurs lumineux

DOMAINE : MILITAIRE

Utilisés par les forces armées du monde entier, les bâtons lumineux ou autres marqueurs Cyalume permettent de marquer, baliser, signaler et identifier dans les situations les plus dangereuses comme les opérations de combat ou les catastrophes naturelles.

Moyen Mnémotechnique

Méthodes facilitent la mémorisation des informations par association d’idées.

Micropurs

Marque qui commercialise des pastilles de purifications d’eau au chlore. Passé dans le langage courant, on parle d’un “MICROPUR” à la place de dire “Pastille de purification”. 

D’autres marques en proposent également à la vente comme AQUATAB.


N comme November

Nitrile

DOMAINE:  SECOURISME

Les gants en nitrile sont fabriqués à partir d’un polymère synthétique et constituent une alternative idéale en cas d’allergie. Présentant des caractéristiques semblables à celles du caoutchouc, le nitrile offre la même souplesse et la même sensibilité que le latex. 


O comme Oscar

OTG (OFF THE GRID)

« hors du réseau »

C’est une forme de vie hors du monde et hors du système avec des principes d’autonomies et d'autosuffisance sans dépendance vis à vis de la société.  

Opérateur

DOMAINE : MILITAIRE

Terme désignant un individu. Issu du monde militaire il désigne un soldat qui opère sur son arme. Très souvent utilisé dans les groupes commandos ou les forces spéciales. Dans ces branches, on qualifie le combattant “d’opérateur”. 

OBVAS

DOMAINE:  SECOURISME

« Obstruction brutale des voies aériennes supérieures »

C’est un étouffement total qui se caractérise par son caractère urgent et vital. Il n’y a pas de son perceptible car l’air ne passe plus et si rien n’est fait, la victime meurt. 

Se référer à la méthode de “Heimlich” et les “claques dans le dos” pour solutionner la situation.


P comme Papa

Pansement compressif Israélien

 DOMAINE : MILITAIRE SECOURISME

Pansement élastique dont le but est de venir comprimer la blessure. C’est le couteau suisse du secourisme car il permet une utilisation sur des zones différentes du garrot. Fonctionne en synergie avec le tourniquet puisque ce dernier intervient en cas d'échec de cette méthode.

Existe en différentes tailles et différentes couleurs, blanc pour les civils et vert pour les forces armées

Inventé par l’armée israélienne, ce qui explique son nom. 

Pansement trois côtés canards

 DOMAINE : MILITAIRE SECOURISME

Pansement prévu pour lutter contre une plaie soufflante au thorax afin d’éviter l’apparition d’un pneumothorax compressif.

On trouve des versions toutes faites ( occlusifs) mais on peut également le créer avec les moyens du bord.

Polypnée

DOMAINE : SECOURISME

Une polypnée est une augmentation de la fréquence respiratoire², avec diminution du volume courant.

À ne pas confondre avec la tachypnée², qui est une accélération de la fréquence respiratoire à même volume courant. La ventilation est rapide et profonde. La tachypnée quant à elle,  augmente la ventilation alvéolaire. 

Photon

DOMAINE : ÉQUIPEMENT

Marque qui commercialise de toutes petites lampes qui se caractérisent par un poids très léger, une technologie très simpliste. On les retrouve en porte clé ou tour de cou et permettent d’assumer un rôle de back up². Elles n’éclairent pas de façon puissante mais servent pour un éclairage de proximité (exemple : lecture de carte, trouver le trou de la serrure etc.). 


Q comme Québec

Quikclot

 DOMAINE : MILITAIRE SECOURISME

Marque de matériel hémostatique.


R comme Roméo

Résilience

 Caractéristique mécanique définissant la résistance aux chocs d'un matériau.

Aptitude d'un individu à se construire et à vivre de manière satisfaisante en dépit de circonstances traumatiques.

Capacité d'un écosystème, d'un biotope ou d'un groupe d'individus (population, espèce) à se rétablir après une perturbation extérieure (incendie, tempête, défrichement, etc.).

gle du “deux c’est un et un c’est rien”

DOMAINE : SURVIVALISME

Règle survivaliste popularisée par VOL WEST qui part du principe que si nous n’avons qu’un seul item il risque d'être perdu, volé ou détruit. Qu’il est donc intéressant de venir doubler les objets essentiels. C’est un moyen mnémotechnique² qui permet de garder à l’esprit la notion de back up².

Radioamateurs

Passion qui consiste à mettre en œuvre, comprendre et communiquer autour des principes radiophoniques. 


S comme Sierra

SHTF (Shit Hits The Fan)

DOMAINE : SURVIVALISME

« Y’a de la m*rde dans le ventilateur ! »

Expression qui signifie que c’est le bon moment pour évacuer et mettre en place ses stratégies d’urgences. Que la situation commence à vraiment être inquiétante.


T comme Tango

Traumakit

« module traumatisme »  DOMAINE : MILITAIRE SECOURISME

Module servant à gérer les urgences vitales. On y retrouve du matériel spécifique pour contrôler les hémorragies ( garrot tourniquet², compressif israelien², bandes hémostatiques², celox² etc.), pour éviter les infections et contaminations (gants nitriles etc.).

Tachypnée

DOMAINE : SECOURISME

La tachypnée est un terme médical qui désigne une augmentation de la fréquence respiratoire². Elle se traduit par une respiration rapide avec une hausse du nombre de cycles respiratoires (inspiration et expiration) par minute. 

Temps de recoloration cutanée

DOMAINE : SECOURISME

Le TRC est défini comme le temps nécessaire à la couleur pour revenir à un lit capillaire externe après l'application d'une pression provoquant le blanchiment.

Donc, quand tu appuies sur le bout de ton doigt, c’est le temps qu’il faut pour que la peau redevienne normale. Il doit être inférieur à trois secondes.


U comme Uniform


V comme Victor


W comme Whisky


X comme X-ray


Y comme Yankee


Z comme Zulu


Undersurvival
Quelques minutes de votre temps peuvent en sauver des milliers

Undersurvival
Quelques minutes de votre temps peuvent en sauver des milliers
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram