Ecrit par le splendide Zackmass.

Version audio de l'article.

.

Contextualisons !

.

En mai dernier après les violentes
averses en Bretagne dans la forêt de Liffré nous avions décidé de profiter
d'une journée de balade dans la forêt pour se vider l'esprit.
Au moment du retour, nous avons croisé une énorme flaque de boue profonde
d'un bon mètre au moins au milieu de la route.
Nous l'avons évité mais pas le cycliste qui arrivait juste derrière

nous et qui a mal jaugé la possibilité d'un accident. Résultat : un vélo enfoncé et un mec
qui fait un soleil avant de s'écraser lourdement sur le sol.

Par chance? ce dernier était médecin et nous a bien aiguillés.
Dans un premier temps le blessé a été évacué de la zone à sa demande

Car il y avait la possibilité qu'il s'embourbe, rendant l'intervention risquée
ou bien encore qu'un des intervenants se blesse en portant secours.

.

LE DÉGAGEMENT D'URGENCE

.

Manipulation très risquée

.

Normalement, il ne faut jamais déplacer une victime, sauf en présence d’un
danger réel, immédiat et non contrôlable. Le dégagement d'urgence est
destiné à déplacer, de quelques mètres ou plus, en quelques secondes, la
victime jusqu'à un lieu sûr pour permettre au secouriste de réaliser, en toute
sécurité, le bilan, les gestes de secours éventuels, la surveillance de la victime.


Une fois le dégagement d'urgence effectué (Avec à l’esprit l’idée de ne pas
aggraver l'état de la personne dans la mesure du possible) nous avons fait un
trop rapide bilan de la victime sans doute sous le coup du stress.
Puis nous avons appelé les pompiers presque immédiatement.

.

LE BILAN

.

Bilan d'une victime (Reste calme)

.

Le bilan, pour moi Zackmass rédacteur de ce retour d’expérience, ne
doit surtout pas être bâclé il doit être basé sur l'observation de l’état
neurologique, circulatoire et ventilatoire : Demander à la victime de serrer les
deux mains en même temps, demander si elle sent nos mains. Vérifier l'état de
conscience, est-elle cohérente, répond-elle à vos questions ? Vérifier l'état de
la respiration, est-elle sifflante, bruyante, difficile, rapide ? Est-ce que la peau
devient bleue autour des lèvres ou au bout des doigts ?

Vérifier l'état circulatoire, Est-ce que la victime est pâle ? Est-ce que le rythme cardiaque
est anormalement rapide ou lent ? Est-ce que la victime n'a pas de
saignement important ? vérifier l’état neurologique, est-ce que l’individu répète
les mêmes choses inlassablement ? Et ce qu’elle prononce des paroles sans
aucun sens ? Pensez à vérifier les membres inférieur et supérieur ainsi que le
dos et le buste et le reste du corps à la recherche d'éventuels saignements,
lésions ou déformations anormales

.


Pour aller plus loin : https://www.infirmiers.com/ressources-infirmieres/secourisme/bilan.html

.


Étant porteur d'un EDC* (ce que l’on porte sur nous au quotidien)
spécialement conçu pour les balades en forêt, j'ai profité du temps d'attente
en ligne avant d'avoir un médecin urgentiste pour confier le téléphone à
quelqu'un d'autre et sortir ma trousse de soin, celle-ci s'est avérée utile pour
deux choses : les compresses stériles et le désinfectant.


Dans l'attente des secours, après mon bilan et en restant en ligne, au vu de
l'absence d’urgence vitale j'ai nettoyé les plaies du blessé afin de vérifier la
présence de corps étrangers, nettoyer la boue présente partout (nez fracturé,
arcade sourcilière ouverte, dent cassée, plaies superficielles sur le haut et le
bas de la bouche avec coupure profonde sur la lèvre) et réconforté le pauvre
cycliste.

.

PANSER UNE PLAIE ET DÉSINFECTION

.

Étape indispensable

.

  • Désinfecter une plaie ne se fait pas sans précautions particulières. Dans
    un premier temps, le port de gants est obligatoire en cas de saignement pour
    réduire les risques de maladies quelconques transmises par le sang ou
    d’infections autant pour le secouriste que la victime
    Le moment du retrait des gants est important pour éviter toute
    contamination.

  • La désinfection avec les compresses se fait d'abord avec l'application d'une
    solution stérile sur la compresse pour nettoyer la zone doucement du centre
    de la plaie vers l'extérieur en escargot ou en étoile, une fois cette étape passée
    appliquer une autre compresse avec la solution désinfectante sur la blessure
    pour recommencer l’opération puis bander le tout avec une bande extensive,
    crêpe ou adhésive pour créer un pansement en attendant les secours si
    besoin. vérifier l'état de ce dernier régulièrement (si pas de saignement
    important notamment). Il faut toujours vérifier que l’état de la personne
    n’évolue pas et ce afin d'être rapidement en mesure d’intervenir et de tenir au
    courant les secours.

  • Pour aller plus loin : https://www.infirmiers.com/ressources-infirmieres/secourisme/bilan.html
  • https://www.formationambulancier.fr/05-fiches/3002-fiche-hyg-gants.htm

Le médecin régulateur au téléphone a demandé à mon amie de raccrocher,
puis nous avons attendu en continuant la surveillance du cycliste.
Au bout de dix minutes les pompiers ont rappelé ne trouvant pas exactement
l'emplacement car ils ont utilisé un système pour localiser le téléphone mais
celui-ci s'est avéré imprécis.


C'est à ce moment qu'un balisage a été effectué par notre groupe avec une
personne sur le bord d'une des routes secondaires à 200 mètres et l'autre sur
une autre route à 400 mètres, pour faire signe si les secours passent par là.
Le balisage aurait dû être fait bien avant, je m’en rends compte à présent.
Mais voilà aussi l’utilité d’un retour d’expérience. Voir ce qui a été fait et ce qui
aurait dû être fait.


Finalement les secours nous ont trouvés et ont pu avec un 4x4 accéder
facilement au blessé avant son évacuation. Ce dernier souhaitait connaître
nos noms pour nous remercier mais nous ne souhaitions pas l'être.
Il paraît naturel d’aider dans ce genre de situations.

.

ET SI C'ÉTAIT À REFAIRE CE QUE JE REFERAIS DIFFÉREMMENT

.

Un petit mea culpa

.

  • Toujours porter des gants propres lors d'une intervention où il peut y avoir du
    sang, dans mon cas j'ai appliqué des compresses stériles après rinçage de la
    blessure sans gants
  • Respecter les règles de bon sens quand il s'agit d'aller quelque part comme
    avoir sa localisation précise afin de mieux renseigner les secours. En activité
    nature boussole et compte pas + GPS.
    Vérifier le contenu de sa trousse de secours. Ne pas s'encombrer de choses
    inutiles (quitte à avoir plusieurs trousses) et au contraire prendre les outils
    importants en fonction de l’activité - Couvrir la victime avec une couverture
    de survie, même si celle-ci ne souffre pas du froid ou du chaud il pleuvait un
    peu et la victime pratiquait une activité sportive avant sa chute.
    La victime peut ne pas avoir conscience de son état réel.

.

COMMENT BIEN AGIR EN CAS D'ACCIDENT

Detail of cyclist man feet riding mountain bike on outdoor trail in sunny meadow

.

Règles simples en cas d'accident et qui a été bien réalisé sur cette situation.

  • L'appel aux secours doit se réaliser après un premier bilan précis. Cela
    permet aux secouristes de savoir exactement de quoi il en retourne sans
    oublier des choses pour être plus efficace.
    Pensez à Je suis / Je vois / Je fais / Je suis en mesure de / Je demande.
    Dans notre cas, au moment de l'appel nous avions, même sous le stress,
    compris quoi transmettre aux secours.
    Le fait de préciser que nous étions en forêt a permis de mobiliser non pas un
    VSAV classique mais un 4x4

  • Ne jamais raccrocher le premier, l'opérateur peut parfois prendre quelques
    secondes pour saisir la fiche d'intervention avant de poser une question,
    raccrocher c'est s'exposer à ce qu'une information ne soit pas comprise par les
    secours ou ne pas recevoir de précieux conseils de la part d’un médecin sur
    quoi faire maintenant

  • Baliser la zone pour éviter un suraccident et se rendre visible des pompiers. -
    Avoir sur soi quelques matériels et de solides connaissances notamment une
    trousse de secours et une bouteille d'eau.
    Confiez le soin à une autre personne de téléphoner si vous êtes actuellement
    en train d'intervenir, ne faites pas tout seul.

_________________________________________________________________________________

EDC : "Every day carry” Dans la situation décrite il s’agit de mon “fond de sac” un
ensemble d’outils que j’emporte avec moi en fonction de la situation.
Quand vous partez en vacances c'est la crème solaire dans le sac la serviette
et le savon parfois le maillot de bain sinon dans la vie de tous les jours c'est
votre téléphone vos clés votre portefeuille parfois votre opinel, le paquet de
mouchoir ou une capote si on a une aventure ( oh yeah touch my tralala, my
ding ding dong).


Mon EDC en forêt c'est mon couteau deux bouteilles (une plate car ma
compagne aime l'eau plate et une pétillante pour moi) deux barres de céréale,
deux compotes, une trousse de secours, une carte IGN + boussole, une petite
serviette, une batterie externe (4 charge complète), une solution
hydroalcoolique et deux briquets.

__________________________________________________________________________________

PAR ZACKMASS, REDACTEUR.

Undersurvival
Quelques minutes de votre temps peuvent en sauver des milliers
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram