Interrogations d'un survivaliste comme les autres.

Salut à toi voyageur…

.


Tu m’appellera SevenSeth16, c'est le seul de mes noms que tu à besoin de connaître.
Avant toutes choses, quelques lignes sur l'auteur de ce que tu lis.
Je ne cherche à être ni acclamé ni critiqué je vais te conter ma vision de ce que tu nomme Survivalisme.
Chaque histoire à ses hauts et ses bas. Celle ci n'est ni triste ni heureuse, c'est simplement… La mienne.

.

Bienvenue dans ma tête…

.

.

J'ai grandi dans un milieu modeste, mais un quartier semi pavillonnaire dans les années quatre-vingt-dix à la frontière d'une cité des années 80 faisait déjà de ma famille des "privilégiés".
Dire que mon enfance n'as pas été heureuse serait faux, comme le reste, elle eu des périodes plus fastes
que d'autres.

.


Dire que mon adolescence fut heureuse serait un mensonge.
Changer de trottoir pour éviter les encombrants tombants des immeubles et choisir son itinéraire pour
éviter les zones où ma couleur de peau n'était pas la bienvenue ont fait de moi quelqu’un emplis de
colère, une colère réprimée car ne pouvant être légitime dans notre monde.
Ma vie m'as mené en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie mineure et en Asie du sud-est.
Cela m'as exposé aux différentes façons de concevoir le monde et la vie de ces sociétés.

.


Après des difficultés professionnelles et un épisode à la limite de la dépression, il m'as été conseillé de
voir une psychologue. Grâce à ces entrevues et la à l'annonce de la première grossesse de mon épouse,
j'ai remis beaucoup de choses en question.
Pourquoi est-ce que je me battait, qu'elles étaient les choses importantes pour moi, pourquoi cette
rancœur et cette colère, pourquoi cette incompréhension de la société dans laquelle je vis?
J'étais en fait rongé par un certain rejet de notre société et plus largement par mon incompréhension de
celle ci.

.

Mes valeurs

.

J'ai découvert que mes valeurs n'étaient pas incompatibles avec celles qui s'imposent dans notre monde,
juste trop éloignées pour être facilement miscibles.
J'ai toujours eu un profond respect pour la nature, cela m'as amené à plusieurs réflexions sur l'avenir et
donc sur la prévoyance ainsi que l'écologie.
Plus tard, l'écologie c'est transformée en philosophie. Elle est devenue pour moi zéro déchets et
permaculture. Ma culture Européenne emprise de catholicisme à été abandonnée au profit d'une
philosophie proche du paganisme.

.

Mes "voyages" mon amené à relativiser sur la bienveillance humaine. Quand les premières fumées de
l'incendie de font sentir, ceux qui le peuvent quittent le navire. Les autres, ceux qui ne veulent ou ne
peuvent pas quitter les lieux doivent faire face, prendre la vague de plein fouet ou réussir à la dévier
pour s'en protéger.
Quand il n'y a plus de lois ni personnes pour les faire respecter, il n'en reste qu'une celle du plus fort ou
des mieux préparés…

.

.

J'ai aujourd'hui deux enfants bientôt trois. Le plus grand, très curieux, participe aux plantations ainsi
qu'aux travaux de la maison et connais par cœur notre adresse et le numéro des pompiers par exemple.
Nous l'avons sensibilisé aux appels à ces services si jamais il ce retrouvait seul à pouvoir réagir. Et
nous cultivons sa curiosité le plus possible.
Madame est médecin, ce qui limite la préparation dans ce domaine, elle ce forme à la botanique et à la
fabrication des produits ménagers.

.


Elle était dans l'incompréhension au début de mon changement de voie mais avec un peu de recul et
beaucoup de discussions, elle change d'avis petit à petit…
Papa quand à lui a la chance d'avoir eu un grand-père ancien légionnaire avec beaucoup d'imagination
et un peu touche à tout.
J'ai donc hérité de cette curiosité, de cette résilience, je me forme en permanence: armurerie,
menuiserie, métallurgie, permaculture…

.

.

Quelqu'un qui recherche l'autonomie à t'il inventé quelque chose ? Un père de famille qui veut
autonomie et sécurité pour ses enfants est-il un paria?
Sommes nous des marginaux ou simplement des gens qui se sont rendus compte que leurs grands
parents et les parents de ceux ci étaient déjà des survivalistes qui
s'ignoraient?
Ce que tu appelles survivalisme n'est pas dû à la peur des autres.
Il est dû d'abord à un constat, une croissance infinie dans un monde fini est impossible, nous allons
droit dans le mur sur beaucoup de plans.

.


Je ne me forme pas pour me défendre contre les autres, je me forme pour protéger ceux à qui et à quoi
je tiens.
Ma préparation à la résilience est avant tout due à l'amour que je porte à mes enfants et à l'amitié que
j'entretiens avec ceux qui je l'espère pourront partager ma vision des choses et former les communautés
autonomistes de demain.

.

.

Réfléchis bien, essaie d’anticiper le pire pour vivre le meilleur.
SevenSeth16.

.

Undersurvival
Quelques minutes de votre temps peuvent en sauver des milliers
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram